17 Heshvan 5780‎ | 15 novembre 2019

La boîte à outils

S. Malka

Observez le logo qui est devant vous. Que voyez-vous ? Des lettres, n’estce pas? Cherchez une flèche. Si c’est la première fois, la recherche prendra un peu de temps. Concentrez-vous et faites appel à votre imagination, votre créativité. C’est bon, vous l’avez ? Bravo. Montrez le logo à un ami, vous remarquerez que son temps de réflexion vous amusera, vous étonnera : la flèche est là, absolument visible, comment peut-on ne pas la voir ??? Alors que se passe-t-il réellement dans notre esprit avant et après avoir trouvé la flèche ?

Un peu de psychologie cognitive : Nous utilisons en permanence notre esprit pour faire face à des situations que nous devons juger et auxquelles nous devons réagir. Lorsque nous soulevons une bouteille d’eau, notre esprit dicte la quantité d’énergie à préparer pour cet effort, sans que cette préparation exige de nous une réflexion. Il nous prévient de dangers potentiels et nous encourage à faire confiance, souvent sans nous consulter. Comment ? Il utilise des raccourcis. Ceux-ci sont basés sur notre vécu : notre enfance et notre expérience, des détails les plus simples aux problèmes sérieux que nous rencontrons. L’intérêt de ces raccourcis est la Vitesse d’action et de réaction, capitaux pour une vie normale. Ces raccourcis sont notre boîte à outils dans la vie. Certains sont communs à nous tous, d’autres sont spécifiques à une civilisation, une communauté, une famille, une personne…

Là où cela se complique, c’est lorsqu’un ou plusieurs éléments du problème à résoudre, n’est pas « standard » ou va à l’inverse de la ligne de réflexion adaptée avec le temps. Dans ce cas la boîte ne contient pas l’outil adapté pour faire face au problème, il va falloir chercher « en dehors de la boîte ». Dans le cas du logo, vous avez cherché la flèche entre les lettres, celles-ci étant configurées dans votre esprit et donc immuables. Pour observer la flèche, il faut faire abstraction de la forme des lettres. Montrez à un enfant de 4 ans le logo, il trouvera immédiatement la flèche car il ne sait pas lire, les lettres ne sont pas configurées dans son esprit. En d’autres termes, nous devons changer de lunettes pour voir la flèche, changer d’outil. Le monde de la magie et de l’illusion est basé sur ce principe, je vous laisse réfléchir à cela…

Et vous emmène quelques siècles en arrière à notre ancêtre Avraham Avinou. Il cherche le Maître du monde avec les outils dont il dispose : son esprit et ses sens. Il voit le soleil briller, sent sa chaleur, reconnaît ses bienfaits pour le monde, puis le voit disparaître à la tombée de la nuit. Sa volonté de connaître son créateur le mène à comprendre les limites de son esprit et de ses sens. Il comprend qu’ils ne sont pas les outils adaptés à sa recherche. Il fait appel à son Cœur et son esprit sain et droit. Il observe le monde : il est si parfait, si adapté à la vie de ses habitants, si agréable et si intelligent. Il est évident qu’un créateur unique et bon se trouve derrière tout cela. Son cœur pur lui permet de l’accepter et de lui être soumis. Dès lors qu’il découvre D.ieu, plus rien ne peut le dissuader de la vérité. Elle est si claire, si visible quelle est inébranlable. Il est écrit que D.ieu emplit le monde entier de sa présence. Comment se peutil alors que des théories alternatives à la croyance en D.ieu créateur et Maître omniprésent de ce monde aient conquis tant d’esprits « éclairés » ? La réponse est la même d’Avraham à nos jours : C’est la boîte à outils. On ne recherche pas D.ieu à l’aide d’un microscope, ni d’un télescope, mais à l’aide d’un esprit sain et droit ainsi que de bonnes midot, c’est-à-dire un cœur pur. Ainsi équipés, observez le monde et partez à la recherche de D.ieu. Vous le trouverez. Une fois que vous l’aurez trouvé, vous ne verrez que lui, car il emplit le monde de sa présence, Melo Kol Haaretz Kevodo.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire