15 Adar II 5779‎ | 22 mars 2019

L’émotion était omniprésente au 20e gala du Beth Loubavitch

Plus de 2000 personnes sympathisantes du mouvement Habad en
France se sont rassemblées mercredi dernier 13 février aux Docks Pullman,
pour le traditionnel gala du Beth Loubavitch qui célébrait cette année le 20e anniversaire de l’ouverture du complexe scolaire Beth Haya Mouchka dans le 19e arrondissement. Une soirée d’amitié et d’émotion avec plusieurs temps forts puisque le rav Mendy Azimov a remis à cette occasion plusieurs trophées à ceux qui ont contribué à la création et au développement du Complexe éducatif de la rue Petit. Le trophée du 20e anniversaire a été remis à l’architecte Francis Nordemann qui a conçu le Centre, ainsi qu’au Service de Protection de la Communauté Juive (SPCJ). Mais l’un des instants les plus émouvants a été lorsque le rav Ephraïm Sitruk, fils du regretté grand rabbin de France Yossef Haïm Sitruk zatsal est monté à la tribune pour recevoir au nom de son père zal et de sa mère la rabbanit Sitruk tibadé leHaïm, le trophée. En effet, il était bon de rappeler ce soir-là que le grand rabbin Sitruk a été, à l’époque, l’un des artisans de la réalisation du Complexe scolaire. Ephraïm Sitruk a rappelé que son père avait reçu une impressionnante brakha du Rabbi, quelques semaines à peine avant d’être nommé grand rabbin de France. Le rav Mendy Azimov s’est également souvenu qu’en septembre 1988, lorsque son père rav Moulay Azimov zatsal
était à l’hôpital, le rav Sitruk est venu lui rendre visite et lui a promis qu’ils danseraient ensemble à l’inauguration du Beth Haya Mouchka, ce qui s’est effectivement concrétisé en 1990, il y a près de 20 ans. Au cours de la soirée animée par le rav Benjamin Mergui, le grand rabbin de Paris Michel Gugenheim a pris la parole : « Le Rabbi avait dit au rav Azimov qu’il rencontrerait à Paris une réussite qui dépasserait toute imagination. A chaque fois que je viens participer au gala du Beth Loubavitch c’est exactement ce que je ressens » a dit le rav Gugenheim. On a également remarqué l’intervention du maire du 19e arrondissement, François Dagnaud qui s’est réjoui de n’avoir raté aucun gala du Beth Loubavitch et il a dédié cette soirée à tous les élèves qui ont étudié au Beth Haya Mouchka ainsi qu’à ceux qui y étudieront dans l’avenir. Daniel Haïk