19 Av 5779‎ | 20 août 2019

L’énigme de… l’oeuf ! S.Malka

Le 4 Janvier dernier, une photo postée sur Instagram a récolté plus de 49
millions de mentions ‘’j’aime’’, battant le record que s’était fixé l’internaute
postant la photo. Le large écho émis par cette nouvelle est arrivé jusqu’à nous qui ne sommes généralement pas concernés par ce genre de nouvelles. Jusque-là, rien d’anormal, sauf le fait que la photo en question est celle…d’un oeuf. Absurdité, autodérision, tout le monde est d’accord !
On peut mobiliser 49 millions de personnes pour…une blague, 49 millions de clics pour du vent ! Quel vide ! Un oeuf, tout simplement, sans maquillage ni décor. Vraiment ? Essayez de prendre la même photo chez
vous, vous n’y arriverez pas, pour la bonne raison qu’un oeuf ne tient en
équilibre verticalement. Mais si vous y tenez, vous pouvez y arriver en respectant 2 conditions : il faut que l’oeuf soit cuit et il faut le faire tourner en donnant un bon coup de poignet, comme une toupie. Avec un peu de chance, si votre appareil ne floute pas les objets en mouvement, vous
arriverez à quelque chose, sinon, vous devrez avoir recours à Photoshop. Finalement, il y a du travail derrière cette photo qui semble si naturelle.
Comme 49 millions de ‘’like’’ valent bien quelques minutes de réflexion et que si cette nouvelle est parvenue à nos oreilles, elle a certainement quelque chose à nous apprendre, nous nous sommes penchés sur cette double énigme de l’équilibre de l’oeuf. Comme nous l’avons dit, pour que l’oeuf tienne debout, il doit d’abord être cuit, puis qu’il soit en mouvement de rotation. Il est intéressant de comprendre pourquoi un oeuf cuit peut tourner et pas un oeuf cru. Lorsque l’oeuf est cru, les molécules qui le composent sont quelque peu éloignées les unes des autres. La chaleur
de la cuisson les rapproche et les soude les unes aux autres en un processus irréversible. Les molécules ainsi soudées, l’oeuf peut prendre du mouvement. Faites-le tourner, il tourne, alors que si vous faites tourner un oeuf cru, il danse sans tenir compte de l’élan que vous lui avez donné. Mais pour qu’il tourne un peu plus de quelques secondes et verticalement, la deuxième contrainte est nécessaire : une énergie suffisamment forte pour vaincre la gravité qui pèse sur tout corps terrestre. En termes de Physique, l’énergie cinétique doit être supérieure à la gravité. Ajoutons à cela le moment d’inertie ou la première loi de Newton que nous ne développerons
pas et nous expliquons le phénomène de redressement de l’oeuf de l’horizontale à la verticale. Nous parlons d’oeuf, de molécules, de bilan des forces, d’énergie à travers lesquelles nous découvrons des leçons de vie, des enseignements pédagogiques et psychologiques. Car les lois de la nature
se retrouvent à tous les niveaux, du plus concret au plus abstrait, le premier illustrant le second. Ramenons les choses à notre monde, nous avons dit que la chaleur de la cuisson soude les molécules à l’intérieur de la coquille de l’oeuf et qu’ainsi, nous pouvons lui donner un mouvement.
De la même manière, les sentiments chaleureux, l’amour, l’affection, l’empathie ajoutés à l’encadrement unissent les coeurs, unissent le peuple. Celui-ci peut alors avoir un mouvement, une direction, une vocation et l’accomplir. Lorsque le peuple juif se prépare à recevoir la Torah, au pied du mont Sinaï, n’est-il pas écrit ‘’le peuple a campé’’ au singulier ? Singulier
que Rachi explique par l’unité du peuple, unité indispensable à la réalisation du projet divin ultime : le don de la Torah et l’accomplissement de ses préceptes. Ce principe est valable pour tout mouvement, qu’il soit social, politique ou militaire. Pour que ce mouvement soit durable et
tienne debout, il faut la deuxième condition : une énergie supérieure à la gravité. Traduisons la gravité par les désagréments personnels, la jalousie, la concurrence, l’égoïsme. Il faut dépasser ce qui dérange par une grande volonté, chercher en nous la foi, la fierté, l’admiration pour aller de l’avant. N’est-ce pas magnifique ? Une si grande leçon, d’un oeuf ! Et nous n’avons touché qu’à une infime partie de ses propriétés. Le monde qui nous entoure et les lois qui le régissent sont pleines d’enseignements. Il suffit d’ouvrir les yeux, les oreilles, le coeur, d’être attentif, ouvert, disponible… Nous ne pensons pas un seul instant que l’auteur de la photo a réfléchi à tout cela,
loin de là ! Mais la force est de trouver dans le vide, l’absurde, une raison, une leçon. Le sage est celui qui apprend de tout homme, nous ajouterons, très humblement, de toute chose.