19 Adar II 5779‎ | 26 mars 2019

Le Rabbi de Tchernobyl – Am Israël Haï

Le peuple juif est un miracle en soi. Minuscule peuple ne représentant que 0.1 % de la population mondiale, il fait l’actualité, dans tous les domaines, en permanence : de la géopolitique aux découvertes scientifiques, en passant par les arts et la philosophie, il défie la chronique. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Rien ne peut expliquer cette omniprésence de ce minuscule peuple et de sa mégaréussite. Rien ne peut non plus expliquer sa survie, alors qu’on le sait, à chaque génération, ses ennemis n’ont cessé de chercher par tous les moyens à les détruire et qu’en permanence, une bonne proportion des nations le déteste, plus ou moins officieusement. Aujourd’hui encore, entouré de 500 millions d’ennemis déclarés, Israël continue de survivre, miraculeusement. De la sortie d’Égypte jusqu’aux milliers de missiles de 2018 qui ne font aucune victime, cette survie porte un nom : miracle. Et c’est bien le sens du cri de ralliement des Juifs, Am Israël ‘Haï (emprunté au roi David), qui se réfère à la promesse de D.ieu de
protéger Son peuple envers et contre tout, et tous. Miracles en direct
C’est également la lecture du monde du Rabbi de Tchernobyl, et de tous les grands rabbanim de l’histoire, qui savent bien que seul Hachem peut garantir la survie des Juifs. C’est la raison pour laquelle nos Sages ont développé un lien par la prière, l’ascétisme, la kedoucha (séparation avec tous plaisirs immédiats) avec D.ieu. Et les Juifs du monde quels qu’ils soient, le savent bien. C’est ce qui expliquent leur engouement pour les grands tsadikim. Et la soirée de la Parnassa, à Paris, qui réunit plus d’un millier de personnes, en est l’une des expressions. Car que ce soit dans le domaine de la sécurité ou de la réussite, les Juifs savent bien vers qui se tourner. Ils savent bien, depuis des milliers d’années, que leur survie, physique, spirituelle et financière tient au miracle, à la promesse de D.ieu. Et que le miracle soit national ou individuel, il n’en reste pas moins le témoignage de la présence divine dans nos vies. Et lors de la soirée de la Parnassa, ces miracles sont palpables, les participants en sont les témoins, tel Michael, qui rencontre son futur patron, qui est tout simplement assis à côté de lui lors de la soirée. Comme Stéphane, qui trouve un emploi sur mesure en trouvant une annonce posée sur une table, ou encore comme Charles, qui parvient à développer sa société au niveau international, alors qu’elle était en perte de vitesse. « Je pensais être en fin de course avec ma société. J’avais des dettes. Je suis allé à la soirée un peu par hasard. Il y avait rabbi Pinto, qui a dit que lorsqu’on donne au-dessus de ses moyens, on reçoit au-dessus de ses espérances. C’est ce que j’ai fait, presque sur un coup de tête. Quelques jours plus tard, je rencontrais un homme d’affaires anglais, qui a cru dans ma société, et m’a donné les moyens de la développer. Aujourd’hui, son rayon d’activité a dépassé l’Europe ! » Quand le Rabbi de Tchernobyl réalise la Ségoula de la Parnassa, le 3e jour de la 16e semaine de l’année, les portes du Ciel sont ouvertes. Soirée de la Parnassa, lundi 14 janvier 2018, aux Docks Eiffel, 2 rue Coton 93300 Aubervilliers, à 19h45. Soirée mixte. Parking gratuit. Dïner gastronomique, chanteur. Entrée 26€ sur réservation, 49€ sur place. Réservation au 0 805 080 040.