17 Shevat 5779‎ | 23 janvier 2019

Epinay 40 ans de service !

A l’occasion de la 40e année d’activité des Institutions Mekor Israël d’Épinay- sur-Seine, nous avons décidé de partager avec nos lecteurs ce que nous avons découvert lors de notre rencontre avec Elad Reani, 29 ans, expert-comptable. Ce jeune et dynamique élève du Rav Heymann, est revenu récemment en France afin d’assurer le poste de coordinateur des
Institutions. Et nous le retrouvons au Bet Hamidrach, dans les cuisines, les bureaux administratifs, sur le chantier du Mikvé, assis auprès du Rav Heymann, en préparatif des réunions du comité de parents d’élèves… au four et au moulin ! Interviewer quelqu’un quotidiennement engagé dans le fonctionnement de choses aussi diverses, nous aide à comprendre, à lever un peu le voile sur un univers mystérieux, énigmatique… Cette rencontre nous fait réaliser que les frontières géographiques ne limitent pas la Yechiva ni la communauté d’Epinay… C’est un véritable melting-pot ! Un mélange des genres, des langues et des cultures ! Depuis l’étude au Bet Hamidrach, jusqu’aux classes des jeunes filles de l’école Tachbar… un monde pratiquement bilingue, Hébreu-Français… Monde que l’on a soudainement beaucoup de mal à situer… sommes-nous vraiment en France… dans le 93 ? Ces enfants qui déambulent tranquillement vers la Makolet (épicerie), qui jouent au football dans le stade situé en face de l’école, le calme de cette zone pavillonnaire… tout cela ressemble peu aux clichés sur la banlieue nord de Paris… Alors qu’Elad nous fait visiter le superbe Mikvé ultra moderne, pour dames et messieurs, dont la construction s’achève d’ici peu, nous lui faisons part de nos surprises… Elad nous observe étrangement. Il semble ne pas comprendre nos questions, notre étonnement ! Car lui a grandi à Bné Brak, étudié dans les grandes Yechivot israéliennes… Épinay c’est comme ça… c’est justement ça … un calme, une sérénité, une ambiance qui ne ressemble à nulle autre…
C’est un endroit qui exhale la Torah et se réfère à de profondes références,
guidé par l’intelligence et la stature de son Maître le Rav Aaron Daniel Heymann. C’est pour cela qu’Elad s’y est installé avec son épouse et ses 2 enfants. Il ajoute, « d’ailleurs d’autres familles Israéliennes se sont installées récemment à Épinay et beaucoup d’anciens de la Yechiva en rêvent ! ».
« Quoi ? Vous, journaliste juif-français, l’ignoriez ? » . Surprise … Nous lui demandons : « Décrivez-nous brièvement Épinay ? », la réponse est lapidaire : « Vous n’avez visiblement jamais écouté un chiour du Rav en Guemara, un cours sur la Paracha… essayez et vous comprendrez tout seul », il ajoute avec humour : « C’est assez dangereux… on en devient vite accro ! ». Un peu d’histoire : Originaire de Strasbourg, le Rav A.D. Heymann étudia étant jeune homme à la Yechiva de Poniovitz à Bné Brak, puis, après son mariage, à la Yechiva de Brisk. Il y devint très proche de son Roch Yechiva, le Rav Berl Soloveichik. Ce dernier le présenta, à Jérusalem en 1977, au Rav Yaakov Toledano (fondateur des Institutions Merkaz Hatorah du
Raincy), qui était à la recherche d’un Roch Yechiva pour l’aider à réaliser son rêve : créer un « Gateshead français », du nom de cette fameuse Yechiva anglaise dont il s’était imprégné. Au jeune Rav Heymann qui éprouvait des doutes sur sa capacité à assurer ce poste, Rav Berl indiqua : « Prépare un chiour, enseigne-le moi et je te guiderai »… A la fin de ce 1er cours-test, il lui
dit « C’est beaucoup trop pour un seul cours, divisele en trois et ce sera parfait ! ». C’est ainsi que des années après l’arrivée de Rav Heymann en France, celui- ci garda toujours un lien fort avec Brisk et son Rav, il le visita chaque année, jusqu’au décès de ce dernier. En 1978, le Rav Heymann accompagné d’un groupe de jeunes, crée la Yechiva d’Epinay-sur- Seine.
Influence sur le judaïsme : Épinay-sur-Seine ne disposait à l’époque que d’une petite synagogue. Le Rabbin de la communauté de la ville voisine, Enghien-les-Bains, comprit l’opportunité d’une avancée spirituelle pour la jeunesse de sa ville. Ainsi, l’influence du Rav se fit-elle rapidement sentir et alla grandissante dans la région. Grâce au rayonnement de la Yechiva, beaucoup se transformèrent et se rapprochèrent de l’étude de la Torah. Né, élevé en France, et doté d’une profondeur saisissante, le Rav cernait
parfaitement la mentalité française. La transmission de la Torah conjuguée aux valeurs acquises dans l’authenticité de Brisk, permit que les fruits de l’investissement et de l’effort ne tardent pas. Durant les années 80 et
90, les cours du mercredi soir de Rav Heymann, boulevard Poissonnière au coeur de Paris, attirèrent chaque semaine des centaines d’auditeurs, religieux, non religieux, intellectuels de tous bords. Des dizaines de milliers de K7, de CD, enregistrements de cet enseignement ont été diffusés. La Yechiva d’Epinay représente un véritable cocktail : universitaires et ba’hourim de Yechivot classiques… Français et Israéliens… mariés ou non… étudiants à plein temps ou à temps partiel, un panel de personnes aux parcours de vie bien différents. Elle est considérée par beaucoup comme une grande famille, avec les avantages et les petits inconvénient s que représente un tel espace, mais où l’humain demeure la réelle préoccupation. La Yechiva s’est développée au fur et à mesure des années et selon les besoins, pour devenir une structure qui contient le nécessaire pour l’évolution d’une famille entière, avec un accent prononcé sur l’éducation et la quête d’un judaïsme intelligent, authentique et exigeant. Voici, sous une forme rétrospective, l’aperçu (plutôt inhabituel) d’une communauté qui entame discrètement la 40e année de son activité et qui, non contente de contempler son passé, certes riche de réalisations, continue d’investir et de se réinventer. Au fil des années, Rav Heymann a drainé dans son sillage des milliers d’élèves qui lui sont fidèles, et qui n’hésitent pas à le consulter encore régulièrement. Depuis sa création, sa
conférence annuelle est le rendez-vous où se retrouvent à la fois fidèles et
curieux, à qui l’on a loué la profondeur et la vérité qui émanent de son enseignement. Cette année, la conférence aura lieu très prochainement, le Motsaé Chabat 19 janvier 2019 à partir de 20h30 dans les salons Dock Pullman d’Aubervillers. Elad nous précise, l’air guilleret, que cette soirée promet d’être riche en émotions et en surprises…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire