22 Av 5780‎ | 12 août 2020

Michel Calvo, expert de la scène palestinienne : « Les derniers attentats en Judée-Samarie servent avant tout les intérêts de l’Iran »

Avocat en Israël, spécialiste en droit international et auteur de deux
ouvrages d’analyse sur le mouvement palestinien (*), Michel Calvo a répondu à nos questions. Haguesher : Etes-vous surpris par la vague des derniers attentats anti-israéliens en Judée- Samarie ?
Michel Calvo : Pas du tout, cela me semblait hautement prévisible dans le cadre de la rivalité entre le Hamas et le Fatah-OLP de Mahmoud Abbas qui pratiquent chacun la surenchère dans leur lutte contre Israël pour amener à sa destruction. Au vu de la situation régionale et internationale, mais aussi compte tenu des remous secouant le mouvement palestinien, il est aussi possible que ces attaques s’inscrivent dans un projet plus vaste de guerre ouverte contre Israël – surtout à l’heure des développements actuels dans les relations bénéfiques entre l’Arabie Saoudite et d’autres pays arabes. Pourtant la police de l’AP vient de réprimer des
manifestations pro-Hamas… Elle l’a fait pour montrer qu’elle est encore maître du terrain dans les territoires de Judée-Samarie… tout en reconnaissant parallèlement au Hamas le droit de mener des attaques anti-israéliennes. Car au-delà de la coopération sécuritaire plus ou moins maintenue avec Israël – surtout « pour la galerie » -, il existe une ambiguïté de fond dans l’opposition Hamas-AP. A preuve : le fait que les terroristes de la cellule Hamas auteure des attentats près d’Ofra et de Ramallah aient trouvé refuge tout près de la Moukata, le QG. de l’Autorité palestinienne (AP) à Ramallah ! Selon vous, l’Iran jouerait aussi un rôle non-négligeable
dans cette vague d’attaques… Certainement ! Téhéran a des relations directes de soutien au Hamas et de concertation avec l’AP d’Abbas : même si ces deux factions ne sont pas traitées par Téhéran à la même enseigne, il suffit – dans cette situation régionale très volatile – que le Hamas, l’AP, le régime des mollahs et le Hezbollah libanais aient ensemble comme dénominateur commun l’annihilation d’Israël ! D’autant que tout cela constitue un grossière et criminelle manoeuvre de diversion pour détourner l’attention de la communauté internationale des quatre tunnels du Hezbollah creusés sous la frontière israélienne et découverts à ce jour par Tsahal – un dossier qui met l’Iran et le Hezbollah en position inconfortable… Quels sont d’après vous les divers scénarios de l’« après Abbas » ? Ce ne sera pas le « vide », mais une empoignade violente sous la forme d’une âpre lutte ouverte entre l’AP-Fatah et le Hamas pour décider qui aura alors le pouvoir en Judée-Samarie ! Je vous rappelle qu’existent dans ces deux régions des centaines de « cellules dormantes » du Hamas qui contrôlent les villages ainsi que les différentes tribus, et qui sont prêtes à agir le jour venu. De surcroît, y pullulent de nombreuses autres forces et organisations terroristes comme les Brigades Al- Aksa du Fatah-OLP, le FPLP, le FDPLP, le Djihad islamique et des salafistes proches de Daësh… Sans parler des 80 000 membres des forces de sécurité et de la police aux ordres de l’AP – ce qui fait un mélange vraiment détonnant ! Divers scénarios d’affrontements sont donc possible après le départ d’Abbas… Dans ce climat de violences et de confusion, on risque aussi d’assister à la fuite accélérée des riches bourgeois palestiniens vers leurs résidences secondaires en Jordanie où ils ont de nombreux intérêts. Le tout pendant que la communauté internationale tentera d’imposer des solutions pour la création d’un Etat palestinien. Mais pour Israël, cette immense pagaille ouvrira paradoxalement certaines opportunités visant à stabiliser la situation. Propos recueillis par Richard Darmon
(*) Le Dossier Arafat, Editions Albin Michel, Paris (2004) ;The Middle-East and World War III : Why No Peace ? – Préface du colonel Richard Kempf, Amazone(2017). www.themiddleastworldwar3.com