8 Kislev 5779‎ | 16 novembre 2018

Effondrements de ponts : Israël paye un lourd tribut

Après le drame de Gênes, tous les Etats européens se posent la question de savoir si cela pourrait arriver
chez eux. En Israël aussi des ponts et même des bâtiments se sont effondrés, coûtant la vie à plusieurs personnes. Le 11 novembre 1982, à sept heures, la première Guerre du Liban vient de s’achever, le bâtiment du gouvernement militaire israélien s’effondre à Tyr, au Liban. 76 soldats des forces de sécurité sont tués (33 soldats, 34 policiers des frontières, et 9 hommes du renseignement). 15 prisonniers
libanais trouvent également la mort. La commission d’enquête militaire attribue la catastrophe à une fuite de gaz mais d’autres hypothèses sont pourtant évoquées comme celle d’une voiture bélier. Selon le journaliste Ronen Bergman, les enquêteurs ont subi des pressions et c’est la thèse de l’accident qui a été retenue. Un juge du tribunal de Haïfa, affirme qu’un rapport existe sur les véritables causes de cette catastrophe. Selon Bergman, trois témoins ont vu une voiture de la marque Peugeot qui roulait à grande vitesse vers le bâtiment avant l’explosion. Deux d’entre eux, des Libanais, blessés dans l’explosion, l’ont raconté à leur médecin, à l’hôpital de Tyr. Dans les décombres, un moteur Peugeot a été retrouvé et le numéro a révélé que le véhicule n’était pas utilisé par Tsahal. Une jambe n’appartenant à aucune des victimes a également été trouvée sur les  lieux. Des funérailles auraient été organisées pour le chauffeur de la voiture dans un village libanais. Cette catastrophe reste une plaie ouverte et source d’interrogation. Le 14 juillet 1997, un pont au-dessus de la rivière Yarkon s’effondre. Quatre personnes sont tuées et 69 blessées. Le pont était provisoire, il avait été construit pour permettre le passage des sportifs venus participer aux Maccabiades. La plupart des athlètes des délégations australienne et autrichienne sont tombés dans les eaux polluées du Yarkon. Quatre Australiens sont morts. Les eaux polluées ont causé de graves maladies à plusieurs blessés et à des sauveteurs. L’enquête a révélé de graves manquements dans la conception et dans la construction du pont. Cinq personnes ont été condamnées  et envoyées en prison. Suite à cette catastrophe, les eaux du Yarkon ont été nettoyées. L’effondrement de la salle de réception « Versailles » : Le 24 mai 2001, dans la zone industrielle de Talpiot à Jérusalem, en pleine célébration d’un mariage, la piste de danse s’effondre, 23 personnes perdent la vie et 380 invités sont blessés. Une commission d’enquête est créée sous la direction du juge Zeiler, chargé d’enquêter sur la
sécurité des const r uctions publiques. Le mode de construction de la salle de mariage est mis en cause,
de nombreuses défaillances sont mises au jour et de nombreuses malversations sont révélées. Les trois propriétaires de la salle ont été condamnés pour avoir causé la mort par négligence, à deux ans et demi d’emprisonnement. Les ingénieurs ont également été condamnés. Le 14 août 2017, un camion percute une passerelle piétonne au-dessus de la route n°4, entre Bné Brack et Givat Chmouel. Le pont s’écroule sur le camion, le chauffeur est tué. Le camion transportait une grue trop haute qui s’est encastrée dans le pont. Le 5 septembre 2016, un parking sous-terrain de quatre niveaux s’effondre à Tel- Aviv, alors que le chantier de construction tirait à sa fin. Six ouvriers sont tués et 24 autres blessés. Le plafond supérieur aurait cédé, entraînant les niveaux inférieurs. L’enquête n’a toujours pas abouti concernant les causes de l’effondrement. Le parking devait accueillir 540 voitures sur quatre niveaux souterrains sur une surface de 17 000 m². La construction devait s’achever quelques jours après l’effondrement et permettre le parking des voitures des employés ds nombreuses entreprises alentours.