8 Kislev 5779‎ | 16 novembre 2018

Les plates-formes gazières israéliennes ciblées par les terroristes !

Avec la découverte d’immenses gisements de gaz au large des côtes israéliennes, l’Etat hébreu est devenu, ces dernières années une véritable puissante énergétique régionale. Mais ce bienfait a eu au moins une conséquence sécuritaire problématique : les plates-formes gazières sont devenues des cibles potentielles de choix pour les organisations terroristes.

Lorsque des intérêts iraniens sont touchés en Syrie ou que des scientifiques sont assassinés, tous les médias internationaux pointent un doigt accusateur vers Israël. La multiplication des attaques visant la république islamique en Syrie, fait monter le ton entre Téhéran et Jérusalem. Durant l’été, Dr Aziz Asbar, directeur du développement et de la modernisation des missiles syriens de courte portée, a été éliminé sans que sa mort ne soit revendiquée. Il avait pour mission de fabriquer et de moderniser des missiles pour en faire des armes de précision capables d’atteindre des cibles stratégiques en Israël. Sa voiture a explosé et il a été tué sur le coup, ainsi que son garde du corps. Il était non seulement un proche du président syrien Assad, mais également du leader du Hezbollah et des dirigeants iraniens. C’était un personnage-clé du terrorisme au Moyen-Orient. Au cours des deux dernières années, Israël est systématiquement mis en cause par les médias et les Etats arabes lors de ce type d’attaque, même si elles sont toujours démenties par Israël. Les tensions entre les deux pays sont de plus en plus vives et font craindre des représaille de la part de Téhéran. Les plates-formes gazières, au large des côtes israéliennes,pourraient représenter des cibles privilégiées et stratégiques. Les services de renseignements israéliens surveillent depuis longtemps les activités des groupes syriens et iraniens qui tentent d’améliorer les capacités des missiles en leur possession. Téhéran ne va pas rester les bras croisés bien longtemps, et va forcément chercher à se venger des attaques contre ses intérêts. Israël a clairement menacé Assad s’il laissait les Iraniens agir depuis son sol, Téhéran va donc essayer de toucher Israël en dehors des frontières syriennes. C’est pour cela que l’inquiétude monte concernant des attaques contre des intérêts israéliens stratégiques en dehors de ses frontières. Les nouvelles plates-formes de gaz israéliennes se trouvent en tête des cibles potentielles. L’espace maritime économique d’Israël a révélé ces dernières années de nombreux gisements de gaz naturels. Ces découvertes contribuent déjà à l’essor de l’économie israélienne, à sa sécurité énergétique, à l’environnement et à la santé publique. Pour exploiter ces ressources d’énergie propre, des plates-formes ont été construites afin de forer, de pomper et d’acheminer le gaz vers Israël. Israël ne possède pas beaucoup de ressources naturelles, les découvertes d’énormes gisements de gaz naturels vont faire du pays, dans les prochaines années, une
puissance dans le secteur des énergies propres, et renforcer sa puissance économique mondiale. Les plates-formes érigées dans les eaux territoriales israéliennes doivent être protégées d’éventuelles attaques, aussi bien de la part de terroristes islamistes, mais également contre des mouvements écologiques radicaux. La sécurité de telles installations maritimes interpelle les dirigeants au plus haut niveau de l’Etat. Le quartier général de la sécurité intérieure a édité un document décrivant les stratégies à mettre en place pour garantir la sécurité de telles installations, qualifiées d’essentielles pour le pays. Actuellement, elles sont protégées par des agents de sécurité professionnels, appartenant à des sociétés  privées. Rapidement, c’est à l’armée que reviendra la charge de protéger, nuit et jour, la totalité des plates-formes. Mais la mise en place de ces dispositifs demandent du temps et cette échéance n’est pas encore déterminée dans le temps. Il ne s’est pas passé beaucoup de temps entre la découverte des gisements de gaz et les menaces de s’en prendre à ces installations de la part du Hezbollah. Une telle attaque aurait des conséquences désastreuses sur la stabilité du pays et de son économie. C’est pourquoi, leur sécurité doit être capable de dissuader toute organisation de s’en prendre à elles. L’un des experts dans la protection des sites sensibles explique que « les agents de sécurité sur les sites sensibles, qui se trouvent sur des lieux dont la topographie est particulière comme la pleine mer, ou à de grandes altitudes, doivent avoir des capacités supérieures à la moyenne sur le plan physique. Ils doivent être entraînés au combat au corps à corps, et connaître parfaitement le maniement des armes. Les plates-formes regorgent de produits dangereux et explosifs, les interventions doivent donc avoir lieu avant que des terroristes n’aient accès aux plates-formes. Les agents doivent être capables d’anticiper les attaques et d’identifier les événements et des situations suspectes avant qu’elles ne se produisent et qu’elles ne deviennent des attaques terroristes de grande ampleur. La marine israélienne se prépare à prendre le relais des sociétés privées pour protéger les installations gazières dispersées sur la mer, à proximité ou loin des côtes du pays. La mission n’est pas facile, lorsque l’on sait que l’espace maritime israélien est deux fois plus étendu que la surface de tout le pays. En attendant de prendre le contrôle de toute la sécurité, la marine effectue des patrouilles et forme déjà un bouclier autour des endroits sensibles. Mais les possibilités d’attaques sont nombreuses. Si des missiles étaient lancés vers les plates-formes ou si des tentatives de prendre le contrôle de ces installations étaient lancées, les bateaux de la marine devraient réagir très rapidement et efficacement, grâce à ses combattants armés et formés à toutes les formes de combats, et arrêter les missiles ou empêcher des terroristes de monter sur les plates-formes. L’unité des commandos marins, la Chayetet 13 » s’entraîne régulièrement, pour répondre à tous genres d’attaques en pleine mer, dont d’éventuelles prises d’otages sur les plates-formes. Le système de défense anti-missiles Barak a également été testé afin d’intercepter des missiles visant les installations gazières. Le Hezbollah et le Hamas sont en possession de tels missiles, ainsi que Daesh en Syrie et dans le Sinaï et pourraient même être présents dans la Bande de Gaza. Tous ces groupes terroristes se préparent à des attaques maritimes contre Israël, ce qui doit accélérer la mise en place de dispositifs de défense de la part d’Israël afin que le pays ne se retrouve pas en position de pénurie de gaz. La sécurité mise en place comprend une défense maritime, aérienne, mais également sous-marine afin de parer à toutes les éventualités échafaudées par les terroristes. Des bateaux d’un nouveau genre, construits en Allemagne, vont bientôt être mis en circulation autour des installations. Ces navires de guerre devraient changer la donne dans la sécurité maritime. Les bateaux, de type « Saar 6 », accueilleront 70 hommes à leur bord.
Ils mesurent 90 mètres, et possèdent une piste d’hélicoptère, et une capacité à atteindre des cibles situées à quelques 4000 km des côtes. Les nouveaux navires devraient être opérationnels fin 2019. Ils sont équipés de moyens technologiques de pointe destinés entre autre à protéger la fuite de données sensibles, mais également de systèmes anti-missiles. Ils seront capables de rester en mer durant de longues périodes sans accoster. Actuellement, la marine assure la protection des eaux territoriales israéliennes et des deux principaux sites de forage. Mais Tsahal devra s’adapter aux nouveaux défis de la construction de nouvelles installations gazières dont le développement ne fait que commencer.
A. PEER.