8 Kislev 5779‎ | 16 novembre 2018

des épreuves endurées (perdit un premier fils à la guerre, un second, Yaïr, lors d’un accident de voiture et fut luimême atteint d’une maladie cardiaque), il avait une joie de vivre exceptionnelle. Il entretenait des relations amicales avec les Juifs de tous milieux et sa maison, ouverte à tous, était toujours pleine de convives. Il eut onze enfants et en adopta d’autres. Le Rav Gueitz décéda le 23 Elloul 5755 et fut enterré au Har Hazétim, près de son fils Yaïr. YOKHEVED LEVY Azkara du Rav Méïr Yéhouda Guetz (1924-1995) Ancien grand rabbin du Kotel

Né en Tunisie, dans le village de Manzil-Bu-Zalafah, il était issu, du côté paternel, d’une famille
de Rabbanim et du côté maternel, était affilié à l’illustre famille du Or Ha’haïm (Ben-Attar). Peu après sa naissance, sa famille s’installa à Tunis et le jeune garçon fréquenta le Talmud Torah « Or Hatorah ». Doté d’une intelligence particulière, il était spécialement doué pour l’apprentissage des langues étrangères si bien qu’il finit par maîtriser une dizaine de langues. Durant la Seconde Guerre Mondiale, il fut déporté, avec un groupe de Juifs, vers un camp de travaux forcés. Là, avec un courage remarquable, il
se souciait de tout ce qui avait trait au judaïsme et, sous le nez des nazis, écrivit une Méguilat Esther. Il réussit à fuir le camp et parcourut à pied une distance d’environ 600Km ! Son maître était le Rav Matslia’h Mazouz. A 18 ans, il reçut sa Semikha de Rav et se maria un an plus tard. A 22 ans, il fut
nommé Rav du village Souk Al Arba et y cumula les fonctions d’officiant, Mohel et Cho’het. Les membres de sa communauté l’appréciaient considérablement et il stimulait les jeunes à étudier la Torah. Parallèlement, il influença les familles à monter en Israël. En 1949, il fit sa Alya avec sa femme et ses quatre enfants. Quelques mois après s’être installé à ‘Haïfa, il fut nommé Rav dans un Mochav de Haute Galilée, connu actuellement sous le nom de Kérem ben Zimra. En 1952, il suivit son service militaire bien qu’il aurait pu en être dispensé en tant que père de famille. En 1956, il fut choisi parmi  « les
élus de l’année »tant il dirigeait bien la   vie sociale et communautaire de son Mochav. Au cours de la guerre des Six jours, il perdit un fils nommé Avner. Suite à cela, il s’installa à Jérusalem (dans une caravane à Talpiot) pour pouvoir régulièrement se rendre sur la tombe de son fils. En 1969, il fut nommé Rav du Kotel. (Dès 1971, il s’installa dans le Rova Hayéhoudi, faisant ainsi partie des premières familles juives à (re)peupler ce quartier.) Au départ, il partageait la fonction du Rav du Kotel au côté du Rav ashkénaze, le Rav Yossef Moché Shekhter. Mais, après le décès de ce dernier, personne ne fut nommé à sa place. Désormais, Rav Gueitz assumait seul cette fonction. Travaillant sans relâche, il était actif dans tous les domaines : il se tenait à l’écoute des Juifs accablés qui venaient épancher leur coeur au Kotel, se chargeait du respect de l’ordre et de la discipline dans ce Makom Kadoch, supervisait l’organisation
et l’emplacement des différents Minyanim… Aussi, il lança le projet de creuser les tunnels du Kotel. Dès 1992, sa responsabilité s’étendit également sur les autres lieux saints d’Israël. Par ailleurs, le Rav Gueitz fut un kabbaliste. Il étudia auprès du Rav Mordékhaï Sharabi et du Rav Ovadya Hadya. Il refonda la Yéchivat Beth-El et en assuma la direction. Trois jours avant son décès,
il assista à l’inauguration de la nouvelle bâtisse de la Yéchiva. Son visage était rayonnant et, en dépit
des épreuves endurées (perdit un premier fils à la guerre, un second, Yaïr, lors d’un accident de voiture et fut luimême atteint d’une maladie cardiaque), il avait une joie de vivre exceptionnelle. Il entretenait des relations amicales avec les Juifs de tous milieux et sa maison, ouverte à tous, était toujours pleine de convives. Il eut onze enfants et en adopta d’autres. Le Rav Gueitz décéda le 23 Elloul 5755 et fut enterré au Har Hazétim, près de son fils Yaïr.
YOKHEVED LEVY