11 Heshvan 5779‎ | 20 octobre 2018

Le Baal ChemTov (1698-1760)

Contexte historique
Les années 1648 et 1649 furent particulièrement douloureuses pour le peuple juif en Pologne, Russie et Lituanie. Le chef sanguinaire des Cosaques Chmielnitski, accompagné de sa bande de criminels attaquait, pillait et tuait sans pitié les Juifs qui furent nombreux à mourir pour la sanctification du Nom d’Hachem. Le peuple juif connut la souffrance morale et physique et sombrait dans la pauvreté. Rares furent les membres de la communauté qui avaient pu conserver, par miracle, quelques biens et ceux-ci devinrent les dirigeants des communautés sans être nécessairement des érudits ou des personnes qui se distinguaient par leurs qualités de cœur. Assoiffés d’honneurs, ils dénigraient le Rav et ceux qui consacraient leur vie à l’étude de la Torah.
C’est dans cette période chaotique que de faux messies se révélèrent et semèrent la tristesse et la déception. Hachem prit Son peuple en pitié en lui envoyant le Baal ChemTov qui vint rappeler l’unité du peuple juif et la possibilité offerte à tout un chacun de se rapprocher d’Hachem et de percevoir Sa grandeur dans la création.

Le Baal ChemTov naquit le 18 Eloul 1698 à Okoup, en Podolie. Le prophète Elie avait annoncé sa naissance à ses parents, Rabbi Eliezer et Rabbanit Sarah, alors qu’ils étaient déjàtrès âgés. A cinq ans, le jeune Israël devint orphelin de père et de mère et fut élevé par les Juifs de son voisinage. Dès son jeune âge, il avait pris coutume de s’isoler dans les champsoules forêts pour étudier les manuscrits de la Kabbale qui lui avaient été confiés par des Tsaddikim cachés. Il ne fréquenta pas les structures d’étude classiques. A 14 ans, il rejoignit ce groupe de Tsaddikim. Puis, en 1716, le Baal Chemtov en prit la direction et leur confiapour mission de rapprocher les Juifs de la Torah et de la pratique de Mitsvot. Ces érudits se dispersèrent dans les villages pour y diffuser la Torah.
Quant au Baal ChemTov, il fut pendant plusieurs années gardien d’une maison d’étude puis assistant d’un professeur. A 20 ans, il épousa la sœur de Rabbi AvrahamGuershon de Kitov et s’installa loin de la ville. Il tirait sa subsistance du travail de ses mains et étudiait la Torah en cachette. Il s’efforça de ne révéler à personne la grandeur de son âmejusqu’à l’âge de 36 ans, où il le fit à la demande de son maître A’hiya de Chilo.
Peu à peu, au fil de ses pérégrinations, traversant villes et villages de Podolie, Wholinie et Galicie, il se fit connaître. Il faisait de nombreux miracles et, par ses bénédictions, guérissait les malades et aidait ceux qui étaient dans le besoin. En 1740, il s’installa à Medzibodzh et de nombreux disciples accoururent vers lui de toutes parts. C’est ainsi que le mouvement ‘hassidique vit le jour. Lorsque le Baal ChemTov quitta ce monde, il avait déjà plus de dix mille ‘hassidim. Précisons que la ‘Hassidout dut affronter une rude opposition de la part de ceux qui craignaient voir apparaître un nouveau mouvement messianique.
L’enseignement du Baal ChemTov fut basé sur celui du Arizal. Il rejeta les mortifications et les souffrances physiques et condamna la tristesse qu’il considérait néfaste au service d’Hachem. En revanche, il souligna la nécessité de se réjouir en toutes circonstances, même pendant l’épreuve. La prière occupait une place centrale dans la AvodatHachem. Lorsqu’il priait, les membres de son corps tremblaientet ce qui se trouvait dans ses alentours, mêmel’eauqui était contenue dans des récipients frémissait à cause de la puissance de sa sainteté.
En outre, il mit en exergue le rôle central du Tsaddik.
Le Baal ChemTov se préoccupait de tous les Juifs, et subvenait aux besoins des pauvres.Jamais il ne s’endormait en possédant de l’argent à la maison, il distribuait aux pauvres tout ce qu’il possédait !
Il ne rédigea pas d’ouvrages mais ses disciples mirent par écrit ses enseignements compilés dans plusieurs ouvrages dont le KeterChemTov et le TsavaatHaribach. Un an avant son décès, il yeut à Lemberg une confrontation entre le Rabbanim de Pologne et les chefs de file des Franckistes. Le Baal Chem Tov fut l’un des trois Rabbanim choisispour participer à cette confrontation. Ayant été sorti vainqueur de cette dispute, le Talmud ne fut pas brûlé comme le demandaient les Franckistes. Malgré sa victoire, le Baal ChemTov, soucieux de rapprocher ses frères égarés du judaïsme, fut très affligé du fait que les Franckistes aient abandonné la Torah.
Le Baal ChemTov quitta ce monde le deuxième jour de Chavouot laissant un fils Rabbi Tsvi et une fille Odèle.
En 2005, la synagogue et la maison d’étude du BaalChemTov furent reconstruites par l’association « AgoudatOhaleyTsaddikim ».
Yokheved Levy