12 Sivan 5778‎ | 26 mai 2018

Le fléau du 21ème Siècle ?

En ces temps difficiles pour toutes les personnes en attente de fonder leur foyer, peut-on parler du « drame » du chidoukh ou de la rencontre en général ?
Les difficultés à rencontrer son futur conjoint prennent une dimension jamais atteinte dans l’histoire. Jamais les hommes et les femmes n’ont eu autant de mal à se rencontrer, à s’aborder et ce phénomène touche toutes les classes sociales, toutes les religions.Les chiffres sont très révélateurs en la matière : Rien que pour le territoire national français, l’on recense actuellement plus de 18 millions de célibataires alors qu’ils n’étaient que 14 millions en 2008. En Israël, il y a plus de 2 millions de célibataires pour une population totale de 8,3 millions. Et idem pour le reste du monde. Le public religieux en Israël n’est pas en reste lui non plus, le nombre de jeunes filles ou jeunes hommes « bloqués » dans les chidoukhim est impressionnant. L’âge du mariage recule de plus en plus et les « exigences » des prétendants ne vont qu’en s’intensifiant.
Que s’est-il passé exactement au regard de ces chiffres dramatiques ?
Les réseaux sociaux et les sites de rencontres sont apparus dans notre vie et ont tout bouleversé.
Ils étaient censés promouvoir et faciliter la communication entre les êtres humains mais c’est exactement le contraire qui s’est passé.
Ils ont développé les relations virtuelles au détriment des véritables rencontres.
Les jeunes hommes refusent souvent de rencontrer la prétendante jeune fille avant d’avoir vu sa photo. Quant aux jeunes filles, elles refusent de faire des rencontres en vue de mariage avant d’avoir terminé leurs études… ceci les conduit à repousser l’âge du mariage à 24-25 ans, ce qui est considéré comme étant un âge tardif dans le monde religieux.
La communauté juive mondiale souffre de cette situation et l’impression que nous avons affaire à un décret Divin n’est pas loin !
Alors quelle est la solution ?
L’étroite collaboration entre plusieurs Rabbanim et informaticiens a donné naissance à un tout nouveau concept quia déjà fait ses preuves : Kidoushin, la 1ère agence matrimoniale juive version 2.0. Une équipe d’experts, de coach et de Rabbanim associée à un algorithme très puissant où la dimension humaine prime avant tout, ainsi que l’analyse des profils et la passion d’aider à trouver le Mazal de chacun.
Pourquoi cette solution tient-elle tellement la route ?
Les principales raisons sont les suivantes :
– Les profils sont vérifiés un à un et manuellement.
– Un entretien avec un conseiller est obligatoire avant de valider une candidature.
– Nous gardons le droit de refuser toute candidature ne répondant pas à l’esprit du site.
– Nos rencontres sont basées sur la bienveillance et la confiance.
– Nous enquêtons sur certains profils qui nous paraissent douteux.

Alors, bien entendu, il ne peut y avoir de garantie à 100 %, mais en tous cas de figure… de très nombreux désagréments peuvent être évités.
Et puis les sites de rencontres ont à peine 10 ans d’existence, alors que le principe du chidoukha plus de 3500 ans.

Pourriez-vous nous parler de vos inscrits, des pays concernés et des mariages qui ont été célébrés grâce à Kidoushin ?
Cela fait un an que notre plateforme fonctionne activement grâce à la mobilisation de notre équipe qui travaille à plein temps. Nous avons, à ce jour, 5000 inscrits francophones issus de France, d’Israël, de Belgique, de Suisse, du Canada et des Etats-Unis. Grâce à D.ieu, cette année, nous avons assisté à dix mariages, plusieurs fiançailles ont été conclues et des centaines dechidoukhim sont en cours.

Vous comptez ouvrir votre plateforme à des célibataires israéliens ou autres ?
Absolument. Nous venons de faire traduire notre site en Hébreu et en Anglais et nous souhaitons, dans un premier temps, toucher le publicisraélien et BéezratHachem, à long terme, travailler avec les communautés juives du monde entier, car qui sait où est son Mazal ?

Comment vous contacter ?
Par le biais de notre site www.kidoushin.com
Ou par téléphone :
France: 01 86 96 97 88
Israël: 053 708 73 82

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*