8 Tammuz 5778‎ | 21 juin 2018

La paresse… comment y remédier ?

Après la fête de Pourim, il se peut que nos enfants aient du mal à se remettre sérieusement au travail (scolaire ou autre)… Font-ils preuve de paresse, de nonchalance ou de manque de motivation ? Voilà que la Paracha de la semaine tombe à pic pour nous rappeler que la paresse constitue l’un des obstacles les plus redoutables du service divin. En effet, les princes d’Israël ont apporté en dernier les offrandes en stipulant qu’ils complèteraient ce qu’il manquerait. Ils étaient convaincus qu’ils auraient le mérite de donner beaucoup mais au final, ils furent pris de cours par la générosité des enfants d’Israël et apportèrent uniquement les pierres de choam et les pierres à enchâsser. Et Rachi relève leur manque de zèle. Leur « calcul » les fit tomber dans le piège qui, à leur niveau, révélait une certaine forme de paresse. En ce qui nous concerne, rappelons que la paresse peut se présenter sous de multiples facettes. Elle se manifeste tantôt par une lourdeur, tantôt à l’inverse, par un certain empressement afin de nous débarrasser au plus vite de nos obligations telles que la prière, le Birkat hamazone… afin de passer à autre chose… sans nous soucier qu’elles soient bien réalisées. A notre époque où nous cherchons le maximum de confort en fournissant le minimum d’efforts… comment pouvons-nous aider nos enfants à lutter contre la paresse ? Certains diraient que l’enfant paresseux n’existe pas. S’il fait preuve de paresse, il faudrait tenter de cibler ce qui le freine ou ce qui l’empêche de travailler/de réaliser les tâches qui lui incombent. Référons-nous à quelques exemples. Dans le cas où un enfant exprime son refus d’aller à l’école, il faudrait essayer d’en décoder les raisons qui peuvent être de natures diverses : peut-être qu’il se fait humilier par ses camarades ? Aurait-il peur de son professeur ? Aurait-il des difficultés scolaires ? Plusieurs pistes sont envisageables… Votre enfant ne veut pas faire ses devoirs ? Là encore, peut-être que cette paresse cache une autre cause réelle. Il a peut-être besoin de votre aide ou tout simplement il a oublié ses affaires à l’école… Il n’aime pas lire… ne présenterait-il pas de troubles de la vue ? Après avoir analysé les différentes pistes plausibles… comment s’y prendre si le véritable motif est tout simplement un manque de motivation ? Il est clair que sans motivation, il est difficile, tant pour l’enfant que pour l’adulte, d’être productif… De manière générale, l’homme a besoin de voir le but, l’utilité ou l’apport de son travail même si le résultat n’est pas toujours immédiat. Ainsi, en fonction de la nature et de l’âge de l’enfant, on pourra le motiver en lui montrant le gain qu’il tirera de son travail scolaire : consolider ses connaissances, atteindre un meilleur niveau, obtenir des résultats scolaires plus élevés, satisfaire ses parents et /ou professeurs mais aussi… augmenter son estime de soi, lui prouver qu’il en est capable. Ainsi, on aura non seulement mis l’accent sur l’utilité de ce travail mais aussi sur le plaisir personnel qu’il en retire. Quant aux petites tâches du quotidien que l’enfant a du mal à exécuter (faire son lit ou ranger sa chambre…), si l’on met l’accent sur le bénéfice qu’il y gagne, il aura beaucoup plus de facilité à les réaliser. N’est-il pas content de retrouver ses livres, jeux… à leur place lorsqu’il les a rangés après utilisation ?? En expliquant à l’enfant les avantages et les bienfaits qui découleront des efforts qu’il aura investis, il sera disposé à y mettre du sien. Alors, juste deux petites astuces qui peuvent être utiles pour lutter contre ladite « paresse »… Evitez tant faire se peut de reporter un travail qui se présente aujourd’hui pour le lendemain… et ceci s’applique dans tous les domaines et à tout âge… Si les adultes donnent eux-mêmes l’exemple, sans doute que les petits suivront ! Si vous avez confié une tâche à votre enfant, assurez-vous qu’il la mène jusqu’au bout même si cela lui prend du temps… En revanche, si vous faites le travail à sa place, vous ne lui rendrez pas service et vous ne l’aiderez pas à assumer ses responsabilités !

Alors, faites preuve de patience et vous découvrirez les capacités et les talents de vos enfants. Ils seront fiers de leurs réalisations et seront motivés à en faire davantage… Ils pourront, au passage, vous aider à merveille pour le nettoyage de Pessa’h !

Yokheved Levy

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*