7 Elul 5778‎ | 18 août 2018

Tamar Foguel porte plainte contre l’Autorité Palestinienne pour financer les assassins de sa famille

The father of Israeli Ruthy Fogel (L), and the father of Ehud Fogel who was murdered alongside their three children in an knife attack whilst they were sleeping by two Palestinians from a neighbouring village in 2011, walks with the Torah scroll during the inauguration of a new Yeshiva building (Talmudic school) named after the slain family in the Jewish settlement of Itamar in the occupied West Bank on February 29, 2012, to mark the first anniversary of their murder. Photo by Yoav Ari Dudkevitch / FLASH 90 *** Local Caption *** ôåâì øöç áéú ú÷éôú îçáìéí äúðçìåú àéúîø éùéáä éùéáú úåøä ñôø

Personne en Israël, et dans le monde juif, n’a oublié le terrible massacre perpétré il y a 7 ans, le 11 mars 2011 par des terroristes palestiniens contre la famille Foguel, dans la localité d’Itamar. Ce soir là, au début du chabbat, le rav Oudi (Ehud) Foguel, son épouse Ruthi, fille du rav Yehouda et de Tali Benichaï et trois de leurs enfants, Yoav, Elad et la petite Hadass, zikhronam livrakha avaient été assassinés par des terroristes qui avaient pénétré à leur domicile. Sept ans plus tard, presque jour pour jour, Tamar Foguel, qui n’avait que 12 ans à l’époque et qui avait échappé à l’horreur parce qu’elle était allée passer la soirée avec des amis, a déposé devant le tribunal de district un recours contre l’Autorité Palestinienne, l’OLP et le FPLP. Dans ce recours, la jeune fille qui a aujourd’hui 19 ans, ainsi que ses deux jeunes frères Roï, Ichaï, et les familles Benichaï et Foguel, réclament aux terroristes et aux mouvements palestiniens la somme de 400 millions de shekels de dédommagements. « Nous voulons avant tout faire passer un message : que tout celui qui a trempé dans ce massacre ne puisse pas rester impuni et paye pour ses crimes »; ont déclaré les familles Benichaï et Foguel avant de rappeler que les familles des terroristes responsables du massacre recevaient chaque mois des allocations substantielles de l’Autorité Palestinienne et de l’OLP. Les deux assassins ont été condamnés à 130 années de réclusion chacun. Ce massacre avait provoqué à l’époque une très puissante onde de choc au sein de la population israélienne.

D.H.