17 Tishri 5779‎ | 26 septembre 2018

Avec 3,6 millions de visiteurs, Israël a battu en 2017 tous ses records touristiques !

Les entrées et séjours de visiteurs étrangers ont rapporté, en 2017, plus de 20 milliards de shekels à l’économie israélienne. Un résultat sans précédent !

 

Le 7 novembre dernier, Israël accueillait à l’aéroport Ben Gourion son trois-millionième touriste en la personne de Ioana Isac, une jeune ressortissante roumaine. Elle fut accueillie lors d’une cérémonie spéciale, présidée par Yariv Levin, le ministre israélien du Tourisme. « C’est une journée spéciale et un jalon historique, alors que nous franchissons aujourd’hui la barre des trois millions de touristes – ce qui en établit un nouveau record national », avait alors déclaré Levin. Et d’ajouter : « Je suis fier de tout le travail réalisé par notre ministère grâce aux investissements considérables que nous effectuons pour promouvoir Israël dans le monde. Nos partenariats avec les compagnies aériennes et les liens que nous entretenons avec les voyagistes ont porté leurs fruits, en créant des milliers d’emplois ».

Il faut dire que, dès le premier semestre de 2017, les revenus globaux d’Israël en matière de tourisme étranger avaient déjà atteint un volume financier de 9,4 milliards de shekels – ce qui ne s’était encore jamais vu. Le tout grâce à 1,74 million d’entrées touristiques sur six mois – soit 26% de plus que la même période en 2016, et 24% de plus que la même période en 2015.

De plus, la reprise du tourisme en Israël a été particulièrement vigoureuse au mois de novembre dernier, avec 287 900 visiteurs entrés dans le pays, soit 38% de plus que l’an dernier à la même période, et 12% de plus qu’en novembre 2013, qui détenait, jusque-là, le record historique pour ce mois.
Or, en cette fin 2017, avec un total de 3,6 millions de touristes, l’Etat hébreu a bel et bien battu son record annuel d’entrées dans le pays, qui était de 2,9 millions de personnes l’année précédente. En fait, c’est l’afflux spectaculaire et encore sans précédent – pour ce moment de l’année – de plusieurs centaines de milliers de touristes chrétiens venus du monde entier pour se rendre en pèlerinage, notamment pendant la période de Noël, qui a encore boosté, au finish, cette statistique annuelle.

 

De nouvelles stratégies de marketing déployées par le ministère israélien du Tourisme

 

Avec un budget global de marketing de quelque 440 millions de shekels pour 2017, finançant des campagnes de promotion en Europe, aux USA et en Extrême-Orient, le ministère israélien du Tourisme a cessé de ne cibler que le marché des pèlerins chrétiens, mais s’est ouvert à d’autres secteurs du public étranger potentiel : lancement d’une campagne promouvant Israël sur l’immense toile des réseaux sociaux chinois ; accueil spécial de quelque 3 000 experts et « faiseurs d’opinion » étrangers en matière touristique ; transformation du grand hangar des garde-côtes jouxtant le port de Tel-Aviv en Boutique-Hôtel très accueillant ; ventes de package-deals de 48 heures pour faire visiter le Tel Aviv et le Jérusalem « culturels » aux touristes étrangers se trouvant déjà dans la région (notamment en Egypte et en Jordanie).

Il faut dire que l’idée fixe des responsables israéliens du tourisme a consisté à changer l’image du pays, en réussissant à faire oublier aux visiteurs étrangers potentiels leurs idées préconçues, trop souvent répandues par les médias internationaux, que la guerre n’est jamais loin…

Toutefois, l’essentiel de tous ces efforts déployés cette année par le ministère du Tourisme, qui ont bien porté leurs fruits, a été sa coopération logistique et financière avec des compagnies aériennes internationales, qui ont lancé leurs premiers vols vers Israël, encouragées par des subventions spéciales atteignant 250 000 dollars par compagnie. Et ce, pour initier au moins trois fois par semaine des vols directs et réguliers vers Tel Aviv, à partir d’aéroports étrangers qui n’avaient jusque-là jamais desservi Israël.

C’est ainsi que 80% de ces nouvelles lignes ouvertes en 2017 vers l’aéroport Ben Gourion sont parties d’Europe, de Miami et même d’Islande, en étant affrétés par des compagnies comme Ryanair, LOT, Wizz Air et Wow.

Le ministère a aussi encouragé le tourisme à Eilat, en offrant aux compagnies aériennes une subvention de 45 euros pour chaque billet de passager atterrissant pendant l’hiver à Ovda, l’aéroport actuel d’Israël dans le Néguev. Résultats : cette « campagne d’hiver » promouvant les hôtels d’Eilat – qui aident, eux aussi, à la cofinancer – affiche 50 vols hebdomadaires vers Ovda et Eilat même.

« Pulvérisant tous les records touristiques précédents avec une hausse annuelle de 700 000 entrées, soit 25% de plus qu’en 2016, a commenté le ministre Yariv Levin, ces chiffres exceptionnels ne sont pas un accident, mais le résultat d’une politique délibérée qui a porté nos résultats dans ce secteur d’activité à un sommet jamais atteint, tout en générant un apport total de quelque 20 milliards de shekels à l’économie nationale ! ».

Reste que, si ces résultats devaient encore progresser lors des prochaines années, les responsables et les promoteurs du tourisme israéliens devraient d’ores et déjà multiplier aux quatre coins du pays la construction en série d’hôtels « bon marché », qui risqueraient de faire gravement défaut…

Richard Darmon