5 Shevat 5778‎ | 21 janvier 2018

Lorsque Jérusalem paraît plus sûre que Paris ou Berlin

Pour les experts du tourisme, l’une des explications les plus intéressantes à cette poussée massive du tourisme étranger en Israël est le changement de conjoncture sécuritaire dans le monde occidental. Dans un passé encore récent, l’Etat d’Israël était considéré comme un pays dangereux, où le terrorisme pouvait frapper, sans distinction, citoyens israéliens et touristes étrangers. Beaucoup de touristes, en particulier parmi les Européens, appréhendaient de s’y rendre et préféraient une destination plus sereine. Aujourd’hui, la réalité sécuritaire s’est totalement modifiée : les attentats particulièrement meurtriers commis par Daesh à Paris, Nice, Londres Berlin et Barcelone, ont « habitué » les Européens à vivre dans une atmosphère nettement plus tendue. Et dans ce climat d’anxiété qui s’est installé depuis les trois dernières années en Europe occidentale, Israël, en dépit de la très sporadique Intifada des couteaux, est, peu à peu, apparu comme un îlot de sécurité, et donc une destination plausible. Beaucoup de touristes potentiels ont compris ce que de nombreux responsables politiques européens refusent d’admettre aujourd’hui encore : à savoir que le terrorisme frappe aveuglément, que ce soit à Paris ou à Jérusalem, et que, si déjà cette menace existe, autant alors se rendre dans un pays tel que l’Etat hébreu, qui possède une solide expérience en matière de lutte anti-terroriste. L’aveu, fait par les autorités européennes sur la recherche d’une expertise israélienne en la matière, a fini de convaincre ces touristes qu’Israël s’imposait comme une destination « protégée » au maximum.

Daniel Haïk

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*