7 Iyyar 5778‎ | 22 avril 2018

L’attaque terroriste la plus meurtrière de l’histoire récente de l’Egypte

People hold candles in the memory of victims of the attack in north Sinai in front of the Press Syndicate in Cairo, Egypt, November 27, 2017. REUTERS/Mohamed Abd El Ghany - RC1E40E83200

Plus de 310 morts dans l’attentat de Daesh contre une mosquée dans le Sinaï égyptien

 

Un commando motorisé de l’Etat islamique (EI – Daesh) a attaqué le 25 novembre à l’explosif et à l’arme automatique les fidèles de la mosquée soufiste Al-Rawda de Bir Al-Abed, au nord du Sinaï, pendant la grande prière hebdomadaire du vendredi.

Cette sanglante attaque s’est produite dans cette localité située à 40 kms d’El-Arich, la capitale de la région du nord Sinaï, elle-même souvent la cible, ces dernières années, d’attentats de l’EI. Une quarantaine de terroristes ont encerclé la mosquée avec des véhicules tout-terrain et ont fait exploser une bombe, avant de tirer presque à bout portant avec leurs fusils mitrailleurs sur les fidèles qui tentaient de s’enfuir dans une horrible panique et de mettre le feu à leurs voitures pour bloquer les routes alentour. Non définitif mais déjà très lourd, le bilan de cette tuerie est de 310 morts, dont une trentaine d’enfants et plus de 125 blessés.

Instaurant un deuil national de trois jours, le président égyptien Al-Sissi, a promis une « réponse brutale » : « Les forces armées et la police vengeront nos martyrs et rétabliront très bientôt et avec force la sécurité et la stabilité », a-t-il déclaré avant que l’attaque ne soit revendiquée par les Brigades Al-Makdis, un groupe armé recrutant surtout chez les Bédouins du Sinaï et affilié depuis deux ans à l’EI.

Alors que les enterrements de la plupart des victimes ont eu lieu le lendemain, les médias du Caire et des grandes villes du Pays du Nil ont publié en « une » un grand bandeau noir de deuil. Dès la nuit du 25 au 26 novembre, l’armée de l’air égyptienne devait entreprendre sa riposte – qui continuait tous azimuts dans le Sinaï en ce début de semaine – en rasant plusieurs sites et arsenaux terroristes régionaux.

Précisons que la mosquée Al-Rawdah est surtout fréquentée par des Musulmans adhérant au soufisme, un courant mystique de l’islam qualifié d’« hérétique » par l’EI qui les accuse de polythéisme – la transgression la plus grave des règles de la Charia (loi islamique) –, car ils pratiquent dans leurs prières l’intercession des morts et ont instauré ce qu’ils désignent comme des « innovations » : des rites et des textes que le prophète Mohamed n’a pas prescrits…

On se souvient que Al-Makdis avait commis en octobre 2015 un attentat à la bombe qui avait coûté la vie aux 224 passagers d’un Boeing russe après son décollage de l’aéroport de Charm El-Cheikh dans le sud du Sinaï. Dernièrement, ces terroristes ont visé des cibles civiles en s’en prenant à des Chrétiens, des Soufis et aussi des habitants bédouins du Sinaï accusés de « collaborateurs de l’armée ».

De nombreuses réactions internationales ont condamné cet attentat, dont celles de Macron, Trump, Poutine et du roi saoudien Salman. « Le terrorisme pourrait être très vite vaincu si tous les pays luttant contre lui travaillaient ensemble, a déclaré Binyamin Nétanyaou en proposant de renforcer la coopération sécuritaire déjà très active entre Jérusalem et le Caire. « Israël se tient au coude à coude avec l’Egypte avec d’autres pays de la région et de la communauté internationale dans la guerre contre le terrorisme islamique radical », a pour sa part précisé Israël Katz, le ministre des Renseignements.

Richard Darmon

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*