29 Kislev 5778‎ | 17 décembre 2017

Comment Nétanyaou et les réformistes ont surfé sur les propos de Tsipi Hotovely

Prime Minister Benjamin Netanyahu of Israel addresses the United Nations General Assembly in the Manhattan borough of New York, U.S., September 22, 2016. REUTERS/Mike Segar - HT1EC9M1C3JK8

C’est une petite phrase apparemment anodine de la vice-ministre des Affaires Etrangères, Tsipi Hotovely qui a provoqué, en fin de semaine dernière, une véritable tempête politique en Israël et une très vive émotion au sein des mouvements réformistes et conservative américains.

De retour d’une visite à Los Angeles dans le cadre de l’Assemblée Générale des Communautés juives américaines, Tsipi Hotovely a affirmé sur la chaîne internationale I24news (en anglais) que « certains juifs américains vivent une vie confortable dans leur pays et ne comprennent pas l’Etat d’Israël, parce qu’ils n’envoient pas leurs enfants à l’armée« . Certains médias israéliens ont très vite répercuté les propos tranchants et peu diplomatiques de la sous-chef… de la diplomatie israélienne. Et parmi les nombreuses condamnations, on a remarqué en particulier celle très ferme exprimée par le bureau du Premier ministre israélien : « Binyamin Nétanyaou condamne les propos offensants de Tsipi Hotovely concernant la communauté juive américaine… Les Juifs de la diaspora nous sont chers et font partie intégrante de notre peuple. Il n’y a pas de place pour de telles attaques, et ses remarques ne reflètent pas la position de l’État d’Israël ! ». Mais Mr Nétanyaou ne s’est pas contenté d’une telle réaction. Il a également exercé des pressions sur Hotovely et a menacé de la limoger si elle n’exprimait pas ses regrets pour ses propos. Et effectivement; le lendemain, la vice-ministre s’est confondue en excuses vantant le judaïsme américain.

Il faut admettre, avec un léger recul, que cette affaire peut paraître surprenante. Qu’a donc dit Hotovely; si ce n’est une évidence ? En effet, comment une mère juive américaine, dont les enfants étudient paisiblement dans les grandes universités des Etats-Unis; pourrait-elle partager réellement les inquiétudes permanentes d’une mère israélienne qui, chaque dimanche matin, envoie son fils de 19 ans à l’armée et passe, pendant trois années, des nuits blanches à se demander où il sert et dans quelle patrouille il se trouve ? C’est vrai : les Juifs américains ne comprennent pas toute la réalité israélienne.

Alors pourquoi une telle phrase, somme toute assez anodine, a-t-elle provoqué tant de remous ?

Deux explications possibles :

La première est d’ordre purement politique : la réaction quasi immédiate et très ferme du Premier ministre laisse penser que Mr Nétanyaou a très vite compris le profit contextuel qu’il pouvait tirer de cette déclaration. Nétanayou, on le sait, est fâché avec les mouvements réformistes et conservative juifs américains depuis qu’il a suspendu, à la demande des formations orthodoxes israéliennes, la mise en application de l’arrangement permettant la création d’une esplanade pluraliste devant le Kotel, au sud de l’esplanade actuel. Et depuis plusieurs mois, il cherche une occasion de se réconcilier avec les leaders de ces mouvements réformistes. La petite phrase de Hotovely lui a donc fourni cette occasion : en la condamnant avec véhémence, le Premier ministre a voulu, avant tout, se faire pardonner ses écarts en faveur des orthodoxes. Et d’ailleurs, les leaders réformistes ne s’y sont pas trompés : ils ont condamné les propos de Hotovely mais aussi, ont salué la condamnation rapide et sans appel du Premier ministre et ses propos chaleureux envers les Juifs américains. Il y a fort à parier que c’est pour cela que Nétanayou, « emporté par l’élan », a menacé de limoger sa vice-ministre.

La seconde explication est plus profonde et elle mérite que l’on s’y attarde longuement, ce que nous ferons prochainement dans les colonnes de Haguesher. En effet, celle-ci se rapporte à la situation périlleuse du mouvement réformiste américain et, dans une moindre mesure, du mouvement conservative. Car si les propos de Hotovely ont provoqué une telle colère dans ces milieux, c’est peut-être et probablement parce qu’ils reflètent une certaine vérité que l’on n’ose pas exprimer aux Etats-Unis, à savoir l’éloignement progressif entre certains de ces Juifs américains dont l’identité juive s’évapore à grande vitesse et l’Etat d’Israël qui, au contraire, voit son identité juive se consolider de génération en génération. A méditer.

Daniel Haïk

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*