15 Adar II 5779‎ | 22 mars 2019

Découverte impressionnante sur le site biblique de Ninive

C’est une découverte rare et impressionnante : des archéologues de Bagdad ont mis au jour les ruines d’un palais antique sous un site détruit par Daesh et désormais aux mains de l’armée irakienne. Les fouilles ont été faites à Mossoul, sous un monticule couvrant la fameuse Ninive citée dans le Tanakh. C’est ici que se trouve, selon la tradition, la tombe du prophète Jonas. C’est d’ailleurs un lieu de pèlerinage pour les musulmans. Le palais en question daterait du 7e siècle avant l’ère chrétienne et pourrait être celui du roi assyrien Sennachérib (San’hériv), rénové par son fils Assarhaddon. L’un et l’autre sont mentionnés dans le récit biblique.
En juillet 2014, quelques semaines après l’invasion de Mossoul et de la plupart des villes sunnites d’Irak, l’Etat islamique a piégé ce périmètre et a tout fait exploser, provoquant l’indignation de la communauté internationale. Sept cents objets précieux auraient également été pillés pour être vendus au marché noir. Le site a été libéré à la mi-janvier 2017. Les chapitres 18 et 19 du deuxième livre des Rois décrivent la tentative infructueuse de San’hériv de conquérir Jérusalem. A son retour à Ninive, il a été assassiné par deux de ses fils, qui se sont enfuis « vers le pays d’Ararat » (Arménie) en laissant la couronne à Assarhaddon.
D’autres cités historiques des empires assyrien et babylonien ont été vandalisées par Daesh, parfois de façon irrémédiable. Ainsi, les vestiges de l’ancienne localité de Nemrod, où a vécu le roi-chasseur du même nom évoqué dans le Tanakh, ont été détruits à 90%.
En ce qui concerne Mossoul, dont un secteur est encore occupé par l’Etat islamique, les experts tremblent en pensant au destin probablement funeste de son musée, le deuxième d’Irak par sa richesse. Après avoir subi des pillages pendant la guerre de 2003 contre Saddam Hussein, le bâtiment était sur le point de rouvrir en 2014 quand Daesh s’est emparé de la ville.
Axel Gantz