22 Sivan 5779‎ | 25 juin 2019

Pacemaker à base de cellules souches

Il y a 3 ans, le Technion et le réseau universitaire du Canada ont créé une structure commune, le Technion-UHN, basée à Toronto. Ce partenariat commence à porter des fruits, si l’on en juge par les récents travaux d’une équipe israélo-canadienne de chercheurs en cardiologie, dirigée par les Pr Lior Gepstein et Gordon Keller, et le Dr Stephanie Protze. Leur objectif est de développer un stimulateur cardiaque biologique qui pourrait rendre obsolète l’implantation d’un pacemaker. Pour y parvenir, ils ont établi un protocole de différenciation pour créer des cellules stimulatrices à partir de cellules embryonnaires humaines. On sait que ces dernières peuvent se différencier en des centaines de types de cellules matures (musculaire, osseuses, neuronales, etc.). Comme ces cellules présentent les mêmes propriétés moléculaires, électriques et fonctionnelles que celles de cellules cardiaques saines, il serait dès lors possible par greffe de rétablir un rythme cardiaque normal chez des patients souffrant d’arythmie. Des greffes de cellules cardiaques sur des souris ont démontré la faisabilité de cette hypothèse. Cette avancée conviendrait particulièrement à des enfants en insuffisance cardiaque, car leur croissance s’accommode mal de la pose d’un stimulateur cardiaque. Pour information, plus d’un million de pacemakers sont implantés chaque année sur des adultes souffrant d’insuffisance cardiaque. D.J.