16 Kislev 5780‎ | 14 décembre 2019

Le système de santé publique israélien est en péril

L’OCDE vient de publier des chiffres plutôt inquiétants sur le système médical en Israël. L’organisme met l’accent sur le besoin important de budgets supplémentaires afin de faire face aux besoins de la prochaine décennie.

Selon le rapport de l’OCDE, d’ici dix ans, les dépenses nationales moyennes consacrées à la santé dans les pays développés, devraient s’élever à 10,2 % du PIB. Si Israël veut conserver sa place actuelle dans le classement ou l’améliorer, ses dépenses nationales devront passer de 7,4 % actuellement à 8,8 % en 2030, soit plus de 20 milliards de shekels ajoutés à son budget santé d’ici 2030. L’un des chiffres les plus inquiétants concerne le nombre de médecins de 55 ans et plus. Israël se classe à la deuxième place, après l’Italie, avec 50 % de ses médecins ayant dépassé l’âge de 55 ans, et un renouvellement qui ne se fait pas. Pour ce qui concerne le niveau et la qualité de la médecine en Israël, les chiffres sont plutôt encourageants.

Dans seulement deux cas sur 100 000, un corps étranger est oublié dans un patient après une opération, contre 5,2 dans les autres pays développés. La Belgique et la Suisse se situent en haut du tableau avec 10 cas sur 100 000 d’ « oublis » dans ce genre. De plus, 9,1 % des patients hospitalisés
pour un accident cardiaque meurent dans les trente jours, contre 7,5 % en Israël. L’espérance de vie en Israël est l’une des plus élevées du monde avec une moyenne de 82,6 ans, au-dessus de la moyenne mondiale qui se situe à 80,7 ans. Depuis les années 70, l’espérance de vie n’a fait qu’augmenter. En Israël, nous vivons en moyenne, vingt ans de plus que dans les années 1970. La question de l’obésité chez les enfants et chez les jeunes de cinq à neuf ans révèle des chiffres alarmants. 31,4% des enfants dans le monde développé, souffrent de surpoids contre 37,7 % en Israël, soit le huitième rang mondial.

Les États-Unis occupent la triste première place avec 43 % de ses enfants souffrant d’obésité. Le vice-ministre de la santé, Yaacov Litzman a commenté ces chiffres en soulignant les bonnes performances pour l’excellence des soins, tout en reconnaissant que de nombreux défis restaient à relever dans les prochaines années. Il s’est engagé à agir en ce sens avec le prochain gouvernement. Selon les professionnels de la santé, les chiffres de l’OCDE doivent inquiéter tous les citoyens d’Israël. Les écarts avec les systèmes de santé occidentaux sont immenses et les politiques d’étranglement menées depuis des années sont en train de détruire la santé publique. Il faudrait insuffler cinq milliards immédiatement au budget de la santé, pour notamment augmenter le nombre des lits dans les hôpitaux, pour une meilleure médecine préventive, pour le soin des personnes dépendantes, pour une meilleure santé mentale et plus de subventions des médicaments.

M.D.