19 Av 5779‎ | 20 août 2019

Inauguration de l’aéroport international Ramon, près d’Eilat

Le Premier ministre Netanyaou et le ministre des Transports Israël Kats ont inauguré ce lundi le nouvel aéroport international Ilan Assaf et Rona Ramon zal qui s’étend sur près de 550 hectares dans la région de Timna à 19 km à peine d’Eilat. A en croire les propos du Premier ministre, il y avait une certaine émotion ce lundi, à bord du vol Arkia 683 qui se dirigeait de l’aéroport Ben Gourion vers celui de Ramon à quelques kilomètres d’Eilat. Et pour cause : il s’agissait là du premier vol qui se soit posé sur cet aéroport cinglant neuf. Lors de la phase d’approche, Mr Netanyaou a été convié par le pilote à prendre place dans le cockpit et c’est le Premier ministre qui a effectué la première liaison avec la tour de contrôle du nouvel aéroport. En arrivant sur place, le Premier ministre et le ministre des Transports ont coupé le ruban inaugural et Mr Netanyaou s’est félicité de l’ouverture d’Israël sur le monde, s’exprimant à travers cet aéroport qui doit acheminer des centaines de milliers de touristes étrangers. En marge, le premier ministre a également mis en garde l’Iran et la Syrie à la suite du tir d’un missile syrien, la veille, en direction du territoire israélien. En juillet dernier, l’aéroport avait déjà été en partie inauguré par le ministre des Transports et par
Rona Ramon zal. L’aéroport international Ramon est le premier aéroport construit en Israël depuis la création de l’Etat, il y a 70 ans. Il dispose d’une piste d’atterrissage et de décollage d’une longueur de 3600 mètres, ce qui
lui permettra d’accueillir des avions longs courriers tels que le Dreamliner, le Boieng 787, et de 40 voies de garage pour les avions. L’aérogare centrale a été construite sur une surface de 45.000 m2 et la tour de contrôle s’élève à plus de 45 mètres de hauteur. Autre particularité de cet aéroport : il dispose
d’une barrière de protection ultra sophistiquée qui le protège d’éventuels missiles qui pourraient être tirés à partir de la Jordanie voisine, une Jordanie qui ne voit pas cet aéroport d’un bon oeil. Cet aéroport, dont le coût total s’élève à plus de 1,7 milliards de shekels, a été conçu pour accueillir chaque année jusqu’à 4,5 millions de passagers mais, dans les premières années, il devrait en accueillir autour de 2,2 millions. Selon les responsables du ministère des Transports, ce nouvel aéroport, qui bénéficie de certaines technologies modernes, pourra considérablement développer l’ensemble de la région d’Eilat et faire de la cité balnéaire du Sud d’Israël une cité de congrès internationaux et de tourisme. L’aéroport pourra être également utilisé par des touristes qui souhaitent se rendre dans le Sinaï ou vers le port jordanien d’Akaba. Cet aéroport est équipé de nouvelles technologies qui lui permettront d’atterrir et de décoller dans des conditions météo catastrophiques et même sans la moindre visibilité ! Afin d’attirer certaines compagnies aériennes, en particulier parmi les Low Costs, à l’utiliser régulièrement, le ministère des Transports a décidé d’annuler pour les trois prochaines années la taxe d’atterrissage prélevée dans tous les aéroports d’Israël. Cette politique d’ouverture semble s’avérer payante puisque l’on recensait cette semaine 50 compagnies étrangères qui avaient déjà exprimé le souhait de poser leurs avions sur le tarmac de l’aéroport. Quant au Duty Free, souvent incontournable pour tout Israélien qui se respecte, il sera aguichant et ouvert à tous, aux passagers mais aussi aux accompagnateurs qui ne voyagent pas. Daniel Haik