22 Av 5780‎ | 12 août 2020

Ami’haï et Shira Ich-Ran La Emouna et le courage d’un couple qui a ému tout un pays

Une semaine après que Shira et Ami’haï Ich-Ran ont été blessés, grièvement
pour Shira, sérieusement pour Ami’haï par les tirs des terroristes à la station d’autostop d’Ofra, le jeune couple qui s’est marié il y a à peine 9 mois et qui a perdu son petit bébé Amiad Israël né et mort prématurément, dans des circonstances tragiques, a donné une conférence de presse à l’hôpital Chaaré Tsédek où ils sont toujours en observation. Pendant plusieurs jours, entre l’annonce de l’attentat d’Ofra et celle de la disparition du bébé prématuré Amiad Israël, des centaines de milliers de
personnes pratiquantes ou non ont prié pour le prompt rétablissement de Shira Ich- Ran de son mari Ami’haï, de leur bébé né dans des circonstances tragiques, et pour les autres blessés de cette attaque. Pendant ces journées difficiles durant lesquels Shira et son bébé étaient entre la vie et la mort, une véritable onde de solidarité et de prières s’est formée dans le peuple. Shira a survécu miraculeusement (voir ci-dessous le témoignage du professeur Francis Mimouni) mais malheureusement son bébé a succombé à ses blessures. Ce dimanche, une semaine après l’attentat, ce jeune couple si durement éprouvé a voulu donner une conférence de presse pour exprimer sa reconnaissance et faire passer un message d’Emouna et d’espoir : « Nous voulons d’abord remercier le Tout Puissant pour tous les miracles dont il nous a gratifiés, a déclaré d’emblée Ami’haï. Si mon épouse Shira est ici à mes côtés, c’est grâce à Lui. Idem pour moi qui ai reçu trois balles dans le pied et qui, grâce à D.ieu, pourrai à nouveau marcher. Merci à nos parents qui nous accompagnent et à l’équipe médicale qui nous a si bien soignés et merci aux infirmiers qui ont sauvé la vie de Shira aux premiers instants critiques après sa blessure. Mais nous voulons
aussi remercier tout le Am Israël qui nous a enveloppés d’amour et d’affection. … Ce que notre bébé Amiad Israël a réussi à faire pendant son court passage de 3 jours sur terre, de nombreuses personnes ne parviennent pas à réaliser durant toute une vie. Il nous a réunis ensemble et je suis fier d’appartenir à un tel peuple. C’est le plus important : nos
ennemis peuvent nous tirer dessus, ils peuvent nous poignarder, tuer nos enfants mais ils ne pourront pas nous briser, parce que nous sommes frères et cela, ils ne nous le prendront pas. » Le message de Shira s’inscrivait dans cette même optique : « A la suite de ma blessure j’ai reçu de nombreuses doses de sang. De telle sorte que c’est le sang du Am Israël qui coule désormais dans mes veines et cela me renforce et nous renforce. Merci pour tout ». Daniel Haïk