6 Kislev 5779‎ | 14 novembre 2018

Israël : un test sanguin pour diagnostiquer la pré-éclampsie

Des scientifiques de la Faculté de médecine de l’Université de Tel Aviv ont mené une étude internationale qui les a conduits au développement d’une méthode révolutionnaire pour le diagnostic précoce de la pré-éclampsie, phénomène pouvant entraîner la mort de la mère et du fœtus. Les chercheurs ont pu déchiffrer 25 marqueurs qui prédisent avec une précision de 85% si la future maman est susceptible de souffrir de pré-éclampsie.

L’un des chercheurs ayant participé à l’étude, le Dr Noam Shomron, explique :

Jusqu’à 8% des femmes enceintes peuvent souffrir de pré-éclampsie au cours du deuxième ou troisième trimestre de leur grossesse. C’est une maladie grave qui met en danger leur santé, et parfois même leur vie et celle du fœtus. En l’absence de diagnostic précoce, une prévision basée sur des critères tels que les grossesses précédentes, le sentiment de la patiente, la pression artérielle ou les échographies n’est pas assez fiable. On a, grâce à cette recherche, conclu que prescrire de l’aspirine à faible dose de la 16e semaine au plus tard jusqu’à la fin de la grossesse s’avère efficace, et plus le traitement commence tôt, plus il le sera.

Neïla Ifrah