15 Tammuz 5781‎ | 25 juin 2021

D’impressionnantes découvertes sous l’Esplanade du Kotel !

Joe Uziel, an archeologist from the Israeli Antiquity Authority cleans stones at the site of an ancient Roman theater-like structure that have been hidden for 1,700 years at the Western Wall tunnels underneath Jerusalem's Old City on October 16, 2017, the ancient Roman theater-like structure was hidden for 1,700 years, it was uncovered during excavations conducted by the Israel Antiquities Authority. Photo by Yonatan Sindel/Flash90 *** Local Caption *** ארכיאולוגיה ירושלים עיר ה עתיקה ממצע ארכיאולוגיה חרדי נהרות ה כותל אמפי חפירות רשות העתיקות

Sensationnel ! C’est le terme utilisé par les archéologues israéliens pour définir les émouvants vestiges qu’ils ont mis au jour, ces derniers mois, dans les Tunnels du Kotel et qui seront sous peu accessibles au grand public. Certains chercheurs ont même affirmé qu’il s’agissait là des découvertes les plus importantes faites sur ce site hautement symbolique depuis plus de trois décennies.

Pour comprendre et expliquer l’enthousiasme des responsables de l’Office National d’Archéologie, il faut rappeler qu’il y a deux ans, les archéologues israéliens épaulés par des dizaines de volontaires avaient entamé des fouilles méticuleuses dans le sous-sol de l’esplanade couverte du Mur Occidental. En fait, leur objectif initial était de tenter de définir la date précise de construction de la fameuse arche de Wilson qui selon certains servait de passerelle aux pèlerins qui venaient de l’ouest de Jérusalem et voulaient pénétrer dans le Temple. En creusant dans le sous-sol, les experts ont dévoilé huit couches de pierre du Kotel dont certaines pèsent plusieurs tonnes et ils sont quasiment arrivés au niveau de la roche-mère, la roche du Mont Moriah. Mais leur plus grande surprise a été de découvrir à ce niveau précis un petit théâtre romain d’environ 200 places situé à 5 mètres à peine du Mur occidental. Selon les estimations du Directeur des recherches le Dr Jo Ouziel, cet odéon, découvert en parfait état, aurait été construit au second siècle de l’ère chrétienne, après la destruction du Temple mais avant la révolte de Bar Ko’hba en 135. Il était apparemment destiné à servir de lieu de réunion pour le conseil municipal de Aelia Capitolina, le nom donné par les Romains à Jérusalem à cette époque. Il n’aurait finalement pas servi justement parce que la révolte de Bar Ko’hba aurait contrarié les projets des Romains. Selon certaines estimations exprimées en particulier par le Dr David Ohnona, directeur du département des volontaires de l’O.N.A.I., la présence de ce petit théâtre si près du lieu du Temple était une manière pour les Romains de prouver leur souveraineté sur la Terre d’Israël et la victoire de leur culture sur celle d’Israël. Qui plus est l’acoustique sous l’arche de Wilson étant excellente, la place d’un théâtre peut-être réservée aux élites romaines était tout à fait appropriée…

Réagissant à ces révélations, le grand rabbin du Kotel et des lieux Saints Chmouel Rabinovitz a affirmé :

« Nous n’avons pas besoin de certificat de validation de la part d’organismes tels que l’UNESCO pour justifier notre lien avec Jérusalem. Ce que nous découvrons ici, ces pans de notre histoire qui sont mis au jour est notre réponse à cet organisme. Nous avons découvert ici des pierres qui datent du second Temple construit il y a plus de 2000 ans. Elles ont traversé l’histoire. Elles sont solides comme le peuple juif l’est et comme il l’a été durant toutes ses années. Ces fouilles ne permettent pas seulement de découvrir des pierres ancestrales mais elles nous permettent de retrouver plus profondément encore nos racines ».