29 Tishri 5778‎ | 19 octobre 2017

La joie de Souccot : un bon dosage de sérénité, fraternité et gaîté…

An Ultra Orthodox Jewish family seen inside a Sukka (temporary dwelling), in the religious neighborhood of Mea Shearim in Jerusalem on September 27, 2015. Sukkot commemorates the Israelites 40 years of wandering in the desert and a decorated hut or tabernacle (sukka) is erected outside religious households as a sign of temporary shelter. Photo by FLASH90. *** Local Caption *** çøãé ñåëä çøãéí îàä ùòøéí ñåëåú éìãéí

La fête de Souccot est par excellence, un moment de joie… Après avoir effacé nos fautes, Hachem nous accueille avec bienveillance sous Ses ailes, Il nous accorde le privilège exclusif de nous abriter sous la Soucca qui nous rappelle les colonnes de nuées.

« Véssama’hta Bé’haguékha » : comment nous réjouir si ce n’est, d’abord et avant tout, avec nos propres familles ? Y a-t-il une plus belle scène de vie pour un chef de famille que d’avoir ses enfants, petits-enfants et parfois même ses arrière-petits-enfants réunis autour d’une même table ? Certes, mais pour que le tableau soit parfait, il est impératif que la bonne ambiance soit au rendez-vous. Nous vous suggérons quelques conseils, simples mais utiles, pour faire régner la paix et la joie tant au sein de votre foyer que sous votre Soucca !

 

La famille,  priorité n° 1

Si pour beaucoup de parents, il va de soi que la famille se situe au sommet de l’échelle de valeurs et elle passe avant la carrière, le rang social ou les responsabilités communautaires, cette évidence n’est pas toujours si manifeste au quotidien et a parfois tendance à demeurer une belle théorie sans être suivie de pratique. En revanche, les fêtes sont l’occasion ou jamais, pour que la famille regagne sa place d’honneur, que les enfants le sentent et le vivent. Les fêtes présentent une opportunité unique pour nous rendre disponibles pour nos enfants, investir temps et énergie pour partager ensemble des moments inoubliables. Qu’en est-il des enfants ou plutôt des adolescents qui manifesteraient un désintérêt aux réunions familiales ? Il est probable que ce soit un signal d’alarme qui indique que nous ne répondions pas forcément à leurs attentes et /ou que nous ne leur accordions pas suffisamment d’attention et qu’il faille peut-être songer à des discussions, des activités ou des sorties en famille qui leur plaisent ! Facile à dire mais… comment s’y prendre lorsque nous avons plusieurs tranches d’âge… voire même plusieurs générations à satisfaire simultanément ??

 

Prévoir et anticiper…

Le but du jeu consiste à préparer ensemble ces repas de famille/rencontres en demandant à chacun de mettre la main à la pâte. Lorsque tous les membres ont un rôle personnel à jouer, ils se trouvent actifs et investis, ils se sentent non seulement concernés mais ravis de faire partie de cette fratrie et les liens se resserrent. Que ce soit en faisant les courses, en dressant la table, en préparant une salade… donnons à chacun l’occasion de participer d’une manière ou d’une autre, dans un domaine qui lui plaît… sans oublier de les remercier et les féliciter. Par ailleurs, une petite dose de bon sens ne sera pas de refus… ainsi par exemple, avant de s’attabler, essayons de fixer les places en tenant compte, (autant que faire se peut), des sensibilités de chacun… Si votre jeune garçon a plaisir d’être aux côtés de son papi, essayez de lui laisser sa place préférée quitte à décaler les adultes. Quant à la petite de cinq ans qui est toute fière d’aider pour le débarrassage, installez-là près de sa mamie ou de sa maman… A propos, en règle générale, il n’est pas conseillé de séparer les enfants des adultes en les faisant asseoir en bout de table ou en préparant « une table enfants ». Pour que le repas se déroule bien, du début à la fin… pensez à une disposition stratégique !

Puis, même lors des discussions entre adultes, pensons à laisser place aux plus jeunes, ne serait-ce une petite minute que ce soit en pointant du doigt leurs magnifiques décorations, guirlandes conçues de leurs dix petits doigts, en les laissant choisir un chant qu’ils aiment bien, en leur donnant la parole…

Servir d’exemple

Et une fois les enfants bien dans leurs baskets… les voilà prêts et disposés pour une bonne rencontre inter-générations réussie et, profitons-en, au passage, de leur inculquer une valeur qui se trouve être de plus en plus menacée, à savoir le respect des parents et des grands-parents. Rien de plus parlant que de tenter de donner soi même l’exemple… Si les enfants voient leurs parents respecter leurs grands-parents, il y a de fortes chances qu’ils respecteront, à leur tour, leurs propres parents…

Vous êtes invités chez vos parents ou beaux- parents ? Quoi de plus naturel que de proposer de l’aide, de participer aux courses, au service ou autre… Ce que vous ferez de plein gré et de bonne humeur sera un pari de gagner pour que cela devienne (… avec un peu de patience…) un pli chez vos enfants !

Enfin, même si la Soucca n’offre pas toujours le confort et l’espace d’une maison, lorsque chacun met du sien, se focalise sur les aspects positifs de cette belle fête et laisse une place à autrui… la joie peut atteindre son point culminant, si bien que « Véhayita Akh Saméa‘h » devient palpable ! Haguesher souhaite à toutes les familles que «  la couronne des vieillards soit leurs petits-enfants et que l’honneur des fils soit les parents » (Proverbes 17,6) !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*