16 Av 5779‎ | 17 août 2019

La bénédiction de l’espoir venant de l’histoire

 Le 4 juillet prochain au dock Pullman, nous avons rendez-vous avec la bénédiction, rendez-vous avec l’histoire, rendez-vous avec la sainteté.

Le 4 juillet prochain, deux  grand tsadikim à l’ascendance prestigieuse viendront à la rencontre de la communauté juive française. Un événement historique !

Un peu d’histoire

La fin du XVIIe siècle fut une sombre époque dans l’histoire du peuple juif. En 1648, les cosaques d’Ukraine dirigés par Bogdan Khmelnytsky se soulèvent contre la République des Deux Nations, qui comprenait surtout la Pologne et la Lituanie. Cela entraînera une vague de persécution et de pogroms qui s’abattra sur l’Ukraine et la Lituanie, où plus de 100 000 Juifs périront, anéantissant le moral de toute la communauté juive de la région.

C’est alors qu’un rayon de lumière va poindre dans cette partie du monde : le Baal Chem Tov (1698-1760). Il va apporter un nouveau souffle, le souffle de la Hassidout basée sur les enseignements de la Kabala, notamment ceux du Ari zal et des plus grands kabbalistes. Il mettra l’accent sur la joie, sur la Tefila, sur l’enthousiasme et l’amour d’Hachem, sur l’humilité et enfin, sur la place centrale du Tsadik au sein de la communauté.

Le Baal Chem Tov aura de nombreuses élèves, parmi lesquels celui qui va être considéré comme son continuateur : le Maguid de Mezrich, Rabbi Dov Beer de Mézrich. Lui-même aura de nombreux élèves : Rabbi Chneor Zalman de Liady, le premier Rabbi de Loubavitch, Rabbi Elimelekh de Lizensk, Rabbi Levy Its’hak de Berditchev, auteur du Kédouchat Levy, qu’on appellera le « défenseur d’Israël ». Rabbi Elimelekh de Lizensk (1717-1786) est l’auteur d’un livre réputé intitulé Noam Elimelekh. Il est d’ailleurs appelé souvent du nom de cet ouvrage.

Le Noam Elimelekh aura plusieurs élèves, parmi lesquels le ‘Hozé de Lublin, qui lui-même aura de nombreux élèves, parmi lesquels Rabbi Moché de Przeworsk, l’auteur d’un livre intitulé Or Péné Moché. Celui-ci est décédé le 12 Tevet 1806, qui sera, en 1882, la date de naissance de son descendant, Rabbi Moché Its’hak, plus connu sous le nom de Rabbi Tsikel de Przeworsk, descendant direct de Rabbi Elimelekh de Lizensk.

Après la Shoah, Rabbi Tsikel se retrouvera à Paris de 1949 à 1956, où il sera accompagné de son gendre, venu de Sibérie après la guerre, qui est Rabbi Yannel Liézer (1906-1996). Tous les deux vont se rendre fréquemment à Aix-les-Bains pour des périodes de vacances. Rabbi Tsikel est décédé le jour de Yom Kippour 1976.

Rabbi Yankel succédera à Rabbi Tsikel et sera le deuxième Rabbi de Przeworsk. Le fils de Yankel Liézer se nomme Rabbi Leibush. Celui-ci, né en 1938, a étudié à Jérusalem dans les années 50. Puis, en 1958, il partit à Williamsburg à New York, où il devint proche de Rabbi Yoël Teitelbaum de Satmar, et enfin, il reviendra à Anvers dans les années 90. Rabbi Leibush, 3e Rabbi de Przeworsk, sera lui-même le 4 juillet à Paris ! Nous pourrons ainsi approcher cette histoire et toute cette dynastie qui sera à Paris !

Une visite historique

Il sera accompagné de Rabbi Zalman Leib Teiltelbum de Satmar, également appelé Rabbi Yekoutiel Yéhouda, qui est le fils de Rabbi Moché Teitelbaum. Celui-ci portait le nom de son ancêtre Rabbi Moché, auteur du Isma’h Moché, et qui était lui-même l’élève du ‘Hozé de Lublin. Il faut dire que Rabbi Moché Teitelbaum a succédé au premier Rabbi de la Ville de Satmar, ville dans la région nord ouest de la Roumanie, une région où la communauté juive était très active et très attaché à la tradition.

Cela fait beaucoup de dates et beaucoup de noms ! Mais cela nous permet de retrouver cette chaîne ininterrompue, qui arrive jusqu’à Rabbi Zalman Leib Tetelbum et de Rabbi Leibush.  Tous les deux seront le 4 juillet à Paris, dans une sorte de retour dans un lieu où ils ont été pendant plusieurs périodes. Ils viennent à Paris pour communiquer un message de ‘Hizouk, un message d’espoir et de renforcement, un message de bénédiction, avec une force tirée de leurs ancêtres depuis le Baal Chem Tov qui a insufflé cette lumière d’espoir de bénédiction et de joie en Europe.

La venue de Rabbi Zalman Leib Teitelbaum de New-York et de Rabbi Leibush Liézer de Anvers, à Paris au Dock Pullman le 10 Tamouz – 4 juillet prochain, constitue donc un événement historique pour la communauté juive française. À ne rater sous aucun prétexte !

 

Rabbi Tsikel a un lien particulier avec la France puisqu’il y a vécu après la période de la Shoah, période où de nombreux Hassidim vivaient en France. Même après son départ pour la Belgique, il gardera encore un lien avec la France, notamment avec Aix-les-Bains où il passera de nombreux moments de période de vacances.

Lui et Rabbi Yankel, son gendre, auront des liens particuliers avec des Rabbanim qui sont aujourd’hui bien connus à Pari, comme Rav Its’hak Weill d’Aix-les-Bains, ou Rav Frankforter.  Il se souciera toujours de renforcer la communauté juive parisienne.

Le 4 juillet prochain, le public disposera d’une grande urne où on pourra glisser une fiche en mentionnant  son nom et prénom, le prénom de sa mère et les bénédictions que l’on souhaite recevoir.