2 Tishri 5778‎ | 22 septembre 2017

Les chérubins du Tabernacle et ceux de Chlomo

Dans le Tabernacle, se trouvaient sur le couvercle de l’Arche Sainte deux petits chérubins, hauts de dix palmes, en or massif. C’est depuis cet endroit que Hachem S’adressait à Moché : « Lorsque Moché entrait dans la Tente d’Assignation pour Lui parler, il entendait la Voix qui lui parlait, du haut du couvercle placé sur l’Arche du Témoignage, d’entre les deux chérubins» (Bamidbar 7, 59). En revanche, quand Chlomo a construit le Temple à Jérusalem, il y a ajouté deux autres chérubins. Ceux-ci étaient imposants, hauts de dix coudées, installés sur le sol de chaque côté de l’Arche Sainte. Voici la description qu’en donne le Texte : « Il fit dans le Sanctuaire deux chérubins de bois d’olivier, ayant dix coudées de hauteur. Chacune des deux ailes (…) était de cinq coudées, ce qui faisait dix coudées de l’extrémité d’une de ses ailes à l’extrémité de l’autre. (…) Chlomo plaça les chérubins au milieu de la maison (…) l’aile du premier touchait l’un des murs, et l’aile du second touchait l’autre mur ; et leurs autres ailes se rencontraient par l’extrémité au milieu de la maison. Chlomo couvrit les chérubins d’or » (Rois I 6, 23-29). Autre différence notable : les chérubins de Moché avaient l’apparence d’enfants, et ceux de Chlomo la physionomie d’adultes (Soucca 5/b). La configuration des chérubins n’avait rien de banal ; c’est D.ieu Lui-même qui l’a montrée à Moché au mont Sinaï : « Regarde et fais d’après le modèle qui t’est montré sur la montagne » (Chémot 25, 40). De même, l’architecture du Temple a été révélée à David et à Chmouel par prophétie : « C’est par un écrit, de la Main de D.ieu sur moi, qu’Il m’a donné la compréhension de tous les travaux de la forme » (Chroniques I 28, 19). Que signifient donc tous ces détails sur les chérubins ?

De l’échelle nationale à l’universel

Le Tabernacle et le Temple étaient des lieux consacrés aux prières et aux sacrifices ; la Torah y était enseignée par les plus grands sages, et ceux-ci y rendaient aussi la justice. Pendant les quatre siècles de la période des Juges, le Tabernacle servait essentiellement au peuple juif. Quand le roi David accéda au trône et que D.ieu l’encouragea à construire le Temple (ChmouelII 7), il prépara le terrain en soumettant les peuples alentour : « David battit les Philistins et les soumit… il battit les Moabites [à l’est du Jourdain]… le roi de Tsoba [Syrie]…il mit des administrateurs dans Édom, et tout Édom fut assujetti à David, et D.ieu protégeait David partout où il allait » (Chmouel II 8, 1-15). Cela représenta un changement radical dans la politique juive de l’époque. Les Juges – tels qu’Ehoud, Devora, Gidon, Ifta’h ou Chimchon – menèrent uniquement des guerres ponctuelles et à caractère défensif. Les rois en revanche ont inauguré des guerres de conquêtes ; Chaoul en s’attaquant à Amalek, puis David avec ses nombreuses victoires. Ils ont ainsi fait respecter les sept lois noa’hides, ce qui est précisément le rôle du roi : « Son but et son intention sera de fortifier la vraie Foi, de remplir le monde de justice, de briser le pouvoir des méchants » (Rambam Rois 4, 10).Une fois ces nations soumises par David, Chlomo a pour sa part ajouté au Temple une dimension universelle. Il a invité les autres nations à se rendre à Jérusalem pour y prier (Rois I 8, 41-43) et y écouter la sagesse divine qu’il professait : « D.ieu donna à Chlomo la sagesse, une très grande intelligence et des connaissances multiples (…) sa renommée était répandue parmi toutes les nations alentour. »Pour inciter les nations à venir l’écouter, Chlomo a fait usage d’un procédé surprenant, consistant à se lier aux filles des nobles de la région après les avoir converties au judaïsme : « Le roi Chlomo aima beaucoup de femmes étrangères, outre la fille de Pharaon : des Moabites, des Ammonites, des Édomites, des Sidoniennes, des Hithiennes » (Rois I 11, 1 et cf. Rambam Issouré Bia 13, 14). Mais cette multitude de mariages lui fut reprochée (Sanhédrin 21/b).

De l’enfance à l’âge adulte…

Désormais, la configuration des chérubins s’explique aisément. A l’époque de Moché, la parole de D.ieu ne s’entendait qu’auprès du peuple juif, qui se « tenait » sur la Torah. Aussi, les chérubins du Tabernacle étaient placés sur le couvercle de l’Arche Sainte et le recouvraient. Ils étaient on or massif, matière d’une grande valeur et de surcroît impérissable, ce qui symbolise le peuple juif. En revanche, ceux que Chlomo a ajoutés étaient posés par terre, sous le niveau de la Torah. Ils touchaient les murs d’un bout à l’autre, car depuis lors, la parole de D.ieu s’entendait dans le monde entier. En outre, ces chérubins étaient en bois car ils représentaient les nations, dont l’engagement vis-à-vis de D.ieu est plus précaire. Quant à leur revêtement en or, il correspond aux enseignements de Chlomo. Les visages d’enfants et d’adultes correspondent aux « âges » respectifs des nations juives et non juives, au moment où elles prêtèrent l’oreille à la parole divine. En effet, les prophètes comparent fréquemment l’évolution d’un peuple à celle d’un homme qui naît, grandit, devient adulte et se marie. Ye’hezkel exprime ainsi la nostalgie avec laquelle D.ieu Se souvient de la « gestation » de Son peuple en Egypte et de sa « naissance » à sa sortie du pays : « A ta naissance, au jour où tu naquis, ton nombril n’a pas été coupé… » (Ye’hezkel 16, 4-6). Ainsi, le peuple juif a reçu la Torah dans son « enfance », à l’âge de l’innocence, représenté par le visage des chérubins. Par contre, les autres nations n’ont rejoint D.ieu qu’à partir du Temple de Chlomo, à l’« âge adulte », les visages de « leurs » chérubins étant ceux d’adultes. De même, à la sortie d’Égypte, les juifs vivaient l’époque de leur « jeunesse » ; ils ont alors consacré leurs temps à l’étude de la Torah comme il convient : « À cinq ans, on commence à apprendre la Torah écrite ; à dix ans, la Michna… » (Pirké Avot 5, 25). Quand arriva le temps des rois, ils atteignirent « l’âge adulte » etil leur fallut dorénavant rayonner aussi vers l’extérieur, vers les nations, comme cet homme qui atteint ses vingt ans : « …à vingt ans, il poursuit (les obligations de la vie) » (idem). Cependant, l’édification des chérubins en bois et aux visages d’adultes dans le Temple ne resta pas sans conséquences. Les nombreuses femmes de Chlomo introduisirent un culte étranger, ce qui entraîna la division de son royaume : « Puisque tu n’as pas observé Mon Alliance et Mes Lois (…) Je déchirerai le royaume… » (Rois I 11, 11-12). Ainsi, quand on sort vers le « grand monde », on prendra soin de ne pas se laisser piéger par des mœurs étrangères, à l’instar de tant de couples qui, lorsqu’un conjoint « jette un œil » à l’extérieur, finissent par se séparer…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*