9 Sivan 5780‎ | 1 juin 2020

Le Gaon Rav Its’hak Yossef chlita a illuminé, par sa présence à ‘Hanouka, la synagogue du C.E.J

Après l’inauguration officielle par le président Emmanuel Macron du Centre Européen du Judaïsme français, le 29 octobre dernier, c’est la toute flambant neuve synagogue Edmond J. Safra au cœur de ce centre qui a été inaugurée le premier soir de ‘Hanouka en présence exceptionnelle du Rishon le Tsion et grand rabbin d’Israël le gaon rav Its’hak Yossef chlita. Ce faisant le rav Yossef a répondu presqu’instantanément à l’invitation du président du Consistoire Joël Mergui et il a fait un déplacement éclair de moins de 24 heures pour allumer solennellement à Paris, la première bougie de ‘Hanouka en présence de plusieurs centaines de personnes : « Le grand rabbin d’Israël a ainsi tenu une promesse qu’il m’avait fait de répondre sans délai à mon invitation pour une circonstance exceptionnelle. Cette inauguration de la synagogue Edmond J. Safra en ce premier jour de ‘Hanouka en était une et je suis très touché de l’honneur que le Rishon le Tsion nous a fait en étant présent à cette occasion en dépit de son emploi du temps chargé en Israël », a déclaré Joël Mergui à Haguesher. Au cours de cette soirée, Joël Mergui a rappelé le souvenir du grand philanthrope juif Edmond J Safra dont c’était la Azkara le jour même et il a souligné qu’à Jérusalem, la Mairie est située place Safra tandis qu’à Paris la synagogue Edmond J. Safra est située place de Jérusalem ! Au cours de la soirée le rav Its’hak Yossef a posé la mézouza à l’entrée de la Synagogue et il a pris part à l’inauguration d’un Sefer Torah à la mémoire d’Aaron Botbol zal. Dans son intervention, le rav Yossef a évoqué le « Ko’ha Déhétéra », l’approche plus souple de la halakha qui était le leitmotiv de son illustre père Maran rabbi Ovadia Yossef zatsal. Il a expliqué qu’il fallait savoir présenter la halakha à tous les publics sans choquer et en tenant compte de ne pas distinguer entre religieux et non religieux, un message que le rav avait délivré quelques heures auparavant lors d’un cours adressé aux rabbins français : « Ce qui, dira plus tard Joël Mergui, correspond très précisément à l’esprit du C.E.J. » Enfin le rav Yossef a comparé Pourim et ‘Hanouka et a rappelé que « si à Pourim nous avons échappé à la destruction physique, à ‘Hanouka nous avons échappé à l’extermination spirituelle. »

Daniel Haik