Aralen Chloroquine 500mg Generic Aralen Chloroquine Aralen Chloroquine Italy coronovirus covid-19 medications Chloroquine (Aralen) 250mg coronavirus prevention hydroxychloroquine plaquenil Generic Chloroquin Aralen Generic Zithromax Azithromycin kaletra lopinavir ritonavir generic kaletra lopinavir ritonavir Generic Aralen Chloroquine spain Buy Aralen (Chloroquine) 250mg, 500mg tablets online from UK Pharmacy Chloroquine Aralen covid 19 Chloroquine Aralen buy online Generic Aralen (Chloroquine) pills Aralen Chloroquine covid 19 Aralen online store Aralen Chloroquine covid 19 chloroquine online store Aralen 500 mg Generic Aralen (Chloroquine) dosing Aralen Chloroquine buy online buy aralen pills chloroquine mechanism of action chloroquine La révolution hôtelière en Israël – Haguesher
3 Nisan 5780‎ | 28 mars 2020

La révolution hôtelière en Israël

Les nombreuses propositions de voyage à bon marché dans le monde attirent de plus en plus les Israéliens qui semblent délaisser le tourisme intérieur. Les prix des hôtels en Israël sont tellement élevés, que même les couches les plus modestes de la population préfèrent s’offrir des vacances à l’étranger. Malgré les prix élevés justifiés par les charges, les impératifs de la casherout et le coût du travail, les hôtels n’ont pas désempli pour autant cette dernière décennie, au contraire, Israël manque de chambres d’hôtel pour accueillir un nombre toujours plus importants de touristes. Le développement de solutions alternatives comme AirBnB ne semble pas suffire pour alléger la charge des hôtels.
Si le nombre de chambres est passé de 47 500 en 2011 à 55 733 en 2019, pas un hôtel supplémentaire n’a été construit à Eilat, par exemple. Le tourisme ne s’est jamais aussi bien porté en Israël que ces dix dernières années. Selon Yehouda Zafrani, spécialiste du tourisme, l’ouverture des lignes Low cost a causé une baisse des prix de 50 % des vols vers certaines destinations dans le monde et également de nouveaux points de départ vers Israël. Aujourd’hui, l’Etat subventionne à hauteur de 30 % la construction de nouveaux hôtels, qui fleurissent par dizaines dans tout le pays. « La concurrence devrait faire baisser les prix », annonce Zafrani. « Tout est une question d’offre et de demande. » Zafrani souligne également que depuis 2015, c’est le même ministre qui est aux commandes du ministère du Tourisme et que cette continuité a permis de mettre au point une véritable stratégie de révolution de l’hôtellerie israélienne, avec des programmes sur le long terme qui réduisent, entre autre, considérablement les procédures pour la construction de nouveaux hôtels. Israël offre un tourisme varié et veut atteindre l’objectif des 10 millions de touristes annuels afin de concurrencer les destinations voisines comme Chypre et la Turquie. Le tourisme intérieur reste pourtant une priorité, en particulier pour tout un
public qui préfère rester en Israël pour des raisons de sécurité, entre autres. De nombreux immeubles sont ainsi transformés en hôtels de moins de 100 chambres, notamment à Tel-Aviv. Le ministère du Tourisme encourage également la création de solutions à bon marché comme les campings qui deviennent de plus en plus tendance en Israël pour attirer les petits budgets. Un terrain vient ainsi d’être construit à Jérusalem, pour permettre la découverte de la ville sainte, tout en dormant à la belle étoile. Il devrait pouvoir accueillir 200 visiteurs dès le printemps prochain. Les petits hôtels à prix réduits qui se construisent rapidement devraient permettre d’améliorer sérieusement la capacité d’accueil de nouveaux touristes, à des prix, enfin, raisonnables. (Israël Hayom)