9 Av 5778‎ | 21 juillet 2018

Israël, en manque d’eau !

Le mois de février a, comme les mois précédents, été un mois assez aride en Israël puisque les pluies n’ont pas été abondantes. En cette fin de saison hivernale, le pays se trouve donc confronté à sa quatrième année consécutive de sécheresse. Dans le Nord du pays, le volume des précipitations a été évalué à près de 80 % du taux moyen généralement atteint à cette période de l’année mais les régions du Centre en ont été encore plus affectées puisque le volume des précipitations n’a pas dépassé les 60 % des taux escomptés. Quant au niveau du lac de Tibériade, il a augmenté de 37 cm mais il se situe toujours bien en-dessous de la ligne rouge inférieur (-56 cm). Rappelons que pendant des décennies, la Kinéret a constitué la principale ressource en eau douce d’Israël. Elle a longtemps permis l’approvisionnement des villes et l’irrigation, à des fins agricoles, essentiellement dans le centre et le Sud du pays grâce à l’aqueduc national mis en place par la compagnie Mekorot en 1964. Puis, soumis à des périodes de sécheresse à répétition, les Israéliens ont dû changer de stratégie et développer des solutions inédites. Ainsi, cinq usines de dessalement de l’eau de mer ont été créées sur la côte méditerranéenne. Elles dessalent actuellement 650 millions de m3 d’eau par an. Ce volume couvre 70 % des besoins intérieurs en eau. Quant au lac de Tibériade, il ne couvre plus que 10 % de l’eau consommée par les Israéliens.

Yokheved Levy