15 Kislev 5781‎ | 1 décembre 2020

Entretien avec le ministre de l’Intérieur Arié Derhy

« Avec Joël Mergui nous allons créer en Israël, une structure pour épauler spirituellement les olim de France »

Arié Derhy n’a pas caché son plaisir. Apres un chabbat passé à Neuilly le ministre israélien de l’Intérieur a participé au Séminaire annuel des présidents de communautés organisé par Joël Mergui. Après avoir rencontré et dîné avec son homologue français Gerard Collomb samedi soir, il a dialogué avec eux et a immédiatement adopté la proposition du Président Mergui de créer en Israël une antenne « spirituelle » du Consistoire qui veillera à préserver l’identité juive et religieuse des olim de France. Haguesher l’a interrogé.

 

 Haguesher : Tout d’abord monsieur le ministre, quelle est votre réaction à l’attaque iranienne contre l’Etat d’Israël durant chabbat et à ses répercussions ?

  • Israël a décidé de ne jamais laisser l’Iran se renforcer sur le sol syrien et menacer ses frontières : ni en Syrie ni au Liban ni ailleurs. Nous torpillerons toute tentative des Iraniens de créer des bases militaires dans ces pays. Nous avons déjà agi dans ce sens ces derniers mois. Et le paroxysme a été atteint durant ce chabbat et notre réaction a été en fonction. C’est la première fois que nous frappons comme nous l’avons fait, 12 cibles iraniennes et syriennes importantes et stratégiques. Nous avons malheureusement perdu un avion de chasse mais fort heureusement, grâce à D.ieu, les pilotes ont réussi à s’en sortir. Je pense que le message que nous avons envoyé aux Iraniens et aux Syriens est très fort. Ils savent maintenant que l’on ne plaisante pas avec nous et ce message s’adresse aussi bien sûr au Hezbollah qui pointe des milliers de missiles vers le territoire israélien.

 

  • Vous avez passé le chabbat à Neuilly. Vous avez ensuite rencontré les dirigeants communautaires français dans le cadre du séminaire organisé par le Président Mergui. Quelles sont les conclusions qui se dégagent de ces rencontres ?
  • Je l’avoue et je l’ai dit aux présidents de communautés, lorsque je suis ici dans ces communautés à Paris et en banlieue, je me sens presque comme en Israël : je ressens la force de la vie communautaire : des synagogues pleines, des cours de Torah à profusion, une chaleur incomparable, une émouna sans faille, une hospitalité sincère. C’est toujours un vrai plaisir d’être ici, de rencontrer ces responsables qui sont dévoués à leur communauté avec à leur tête le président Mergui. On voit très bien leur désir de préserver ce judaïsme et de le renforcer. Il s’agit d’un judaïsme qui sait conjuguer sans complexe, son amour de la France et d’Israël. Et d’ailleurs même mon homologue le ministre français de l’Intérieur Gerard Collomb l’a souligné dans son intervention. Il n’est pas courant de voir deux ministres de l’Intérieur dîner à la même table dans le cadre d’un séminaire de président de Communautés. Et c’est tout à l’honneur du judaïsme français.

 

  • Quel message portez-vous aux Juifs de France : doivent-ils monter en Israël ? Doivent-ils rester en France ?
  • Nous sommes croyants et nous prions pour revenir sur notre terre d’Israël. Nous voulons tous que les Juifs de France reviennent en Terre d’Israël. Mais je suis préoccupé par l’intégration d’une partie des Olim de France et en particulier des jeunes olim qui ne retrouvent pas en Israël les mêmes repères éducatifs qu’ils connaissaient dans la communauté juive en France. Souvent ces jeunes qui vivaient un judaïsme intense en France perdent ces repères identitaires lorsqu’ils arrivent en Israël. Et c’est un problème qu’il faut résoudre au plus vite.
  • Comment ?
  • Au cours des deux dernières années après la forte alya de France j’ai tenté de persuader les responsables israéliens en particulier ceux du ministère de l’Intégration d’œuvrer en ce sens mais…
  • Ils s’intéressent plus aux Olim de l’ex-Union Soviétique ?
  • C’est effectivement une bonne définition. Nos sages nous ont appris que Si je ne suis pas pour moi, qui le sera. Et j’en ai conclu que c’était à nous d’agir. Lorsque, enfant, je suis arrivé du Maroc, nous avons perdu un peu de notre identité. Il faut tout faire pour que cela ne se reproduise pas avec les jeunes olim de France. Et c’est ainsi que dans notre réseau éducatif Maayane Ha’hinoukh Hatorani, nous avons créé plusieurs écoles pour ces jeunes olim de France. Mais je suis heureux d’annoncer qu’ensemble avec Joël Mergui et le Consistoire nous allons créer une structure qui sera une antenne israélienne du Consistoire et qui aura pour mission de réunir toutes les communautés francophones d’Israël afin que cette union fasse la force de cette alya de France et améliore l’intégration spirituelle des olim de France. Ce n’est qu’en créant un leadership unifié que les olim de France pourront faire valoir leur droits et recevoir les moyens nécessaires pour accompagner ces Olim. Je me dois de rappeler que notre parti Chass a été le premier à agir en ce sens en nommant un conseiller municipal à la mairie de Jérusalem, le rav Shmouel Marciano afin qu’il soit à l’écoute des 17 000 olim de France installés à Jérusalem. C’est n’est qu’un début. Ensemble nous parviendrons à faire changer les choses.

 

Propos recueillis à Paris par Daniel Haïk

 

porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle