15 Adar II 5779‎ | 22 mars 2019

Le tunnel qui va débloquer Jérusalem

View of the new Harel tunnels on highway 1, the Tel Aviv-Jerusalem Road, on January 19, 2017. Photo by Yossi Zamir/Flash90

Désormais on pourra joindre Jérusalem au départ de Tel-Aviv en 35 minutes. Ouverts à la circulation le vendredi 20 janvier, les deux nouveaux tunnels Harel de 850 mètres sur 3 voies (dont 2 actuellement en service) permettront de désengorger le trafic automobile sur l’autoroute n° 1 et d’éviter une courbe dangereuse dans cet axe vital vers la capitale. Cette réalisation, avec le viaduc de Motsa, est la concrétisation de grands travaux entrepris depuis plusieurs années. Leur coût a été évalué à 2,5 milliards de dollars. Jeudi 19 janvier, inaugurant la nouvelle structure en compagnie du ministre des Transports Israël Katz et du maire de Jérusalem Nir Barkat, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a déclaré qu’il s’agissait d’un « événement historique : jamais la route vers Jérusalem n’a été aussi courte ». Du fait que la mise en service du tunnel a nécessité la fermeture de la route n° 1 jeudi soir à 22 heures, tous les commerces de la petite localité de Telzstone (Kiryat Yéarim) sont restés ouverts toute la nuit de vendredi 20 janvier pour permettre à ses habitants de faire leurs courses en prévision du Chabbat. Les seuls à être mécontent sont les résidents de Mévasséret Tsion, qui ont déposé la semaine dernière une pétition auprès de la Haute Cour pour exiger une modification de leurs accès à la route n° 1. Mais leur demande a été rejetée par le juge Danziger, estimant irrecevable cette intervention de dernière minute du fait que le public avait été informé du projet plusieurs années plus tôt. DAVID JORTNER