13 Tammuz 5780‎ | 5 juillet 2020

Voir plus clair avec le Rav Lionel Cohn : 1989, date très importante pour le judaïsme, et tournant historique dans l’histoire du peuple juif

En Novembre 2019, on vient de célébrer la chute du Mur de Berlin, le 9 Novembre 1989 – il y a trente ans – date qui symbolise pour l’humanité la dislocation du bloc communiste, avec la chute du Mur de Berlin, la suppression du rideau de fer qui divisait l’Europe et l’abandon de l’idéologie marxiste, qui se voulait la fin ultime de l’Histoire. Autour de cette date, les diverses nations d’Europe orientale renversaient le régime communiste, l’Allemagne était réunie démocratiquement, et un vent de liberté soufflait dans l’Europe. Malgré des difficultés, l’Europe a changé de visage pendant ces 30 ans. Pour le judaïsme, et l’histoire du peuple juif, la fin du régime communiste, en Russie et dans les anciens satellites, eut des conséquences essentielles, et il n’est pas exagéré de remarquer qu’il s’est agi d’un tournant dans l’histoire du peuple, dans l’expansion de l’observance et de l’étude de la Torah. Dans trois domaines différents, mais liés l’un à l’autre, on peut distinguer ces transformations : aspect idéologique d’abord, domaine sociologique ensuite, et, aussi, influence de ces changements pour les Juifs du monde entier.
Idéologiquement, d’abord, la chute du marxisme athée est, assurément, un aspect positif. Soixante-dix ans – de 1919 à 1989 – une idéologie antireligieuse a inculqué à deux générations de Juifs les principes du marxisme, la foi en un matérialisme historique, les principes de la lutte des classes. On avait fermé les synagogues, les centres d’étude religieux. Pour faire une Brit-Mila, il fallait se cacher, et enseigner la Torah était rigoureusement interdit. De ce fait a grandi une population juive totalement éloignée de la tradition. Il n’est guère étonnant de voir arriver en Israël, depuis cette ouverture des portes, un million de Juifs totalement ignorants du judaïsme. Mais cette implosion du régime a eu, aussi, à l’inverse, une influence positive qui a transformé le judaïsme russe, avec la création de yechivot et d’écoles juives. C’est ici le 2e domaine, constructif, l’aspect sociologique, conséquence de la transformation du régime, qu’il convient de relever. La vie quotidienne des Juifs a été totalement transformée. Des communautés se sont ouvertes, des autorités rabbiniques, des « talmidé ‘hakhamim », se sont installés. De nombreux baalé techouva sont revenus à la Torah. A signaler ici qu’en Israël, beaucoup d’immigrants, venus de Russie, se sont intégrés dans des yechivot, dans des Séminaires pour jeunes filles. Il n’est pas exagéré de voir dans ces mouvements une véritable renaissance du judaïsme en Russie, en Ukraine, dans les pays baltes. Cette renaissance est certes due à l’influence de nombreux « cheli’him » des pays occidentaux, venus s’installer en Russie. Il ne faut pas oublier non plus que, même pendant les années noires du régime communiste, les « cheli’him » du mouvement ‘Habad n’ont jamais cessé d’agir – en cachette, en se mettant en danger face aux autorités – pour maintenir, tant soit peu, une étincelle juive au sein de la population. Cela nous conduit à une troisième transformation, non moins importante, due aux événements qui se sont passés en Europe Orientale : alors que les portes de l’U.R.S.S. étaient fermées, on essayait de faire passer secrètement, d’Amérique en Russie, des matsot pour Pessa’h, aujourd’hui les communications entre les communautés de l’ancien bloc soviétique et les Juifs du monde entier sont évidemment normales. Cela a entraîné la possibilité – qui n’existait pas alors – de se rendre sur les tombes des Grands Rabbanim d’Europe orientale. Aujourd’hui, non seulement des prières sont récitées sur les tombes des Tsadikim, mais même pour certaines fêtes, on organise des voyages de groupes pour quelques jours. Cette affluence des Juifs du monde entier vers les pays de l’Europe de l’Est a créé un véritable tourisme religieux, très florissant. A la lumière de ces transformations dans l’histoire du peuple et dans la propagation de la Torah, il importe d’être conscients de la Hachga’ha particulière du Tout-Puissant. Il nous faut toujours tenter de « voir plus clair » dans les développements de l’Histoire. Le danger existe d’être aveugle et de ne pas voir ces changements, car ils sont trop proches de nous. La disparition inattendue d’une idéologie révolutionnaire et totalement opposée à la foi en un Créateur a entraîné une amélioration significative de l’histoire d’Israël. Il convient de remercier D.ieu pour cette évolution, et de ressentir la présence active du Tout-Puissant dans notre histoire.