7 Kislev 5780‎ | 5 décembre 2019

Les Juifs en Pays Basque : une histoire ancienne

Actuellement, quelque 300 familles juives vivent en Pays Basque français et espagnol. Parfaitement intégrées dans les villes de Bayonne, Biarritz, Dax, Mont de Marsan et Irun St Sébastien, elles se sont, en partie, rassemblées pour la première fois lors du Chabbat mondial qui s’est déroulé le 15 Novembre dernier dans cette belle et chaleureuse région de France.

Le bonheur de se retrouver autour du chabbat

C’est d’ailleurs à cette occasion que le rabbin Emmanuel Valency a pris ses fonctions au sein de la communauté de Bayonne-Biarritz, une communauté dont l’action s’étend désormais à l’ensemble du Pays Basque et des Landes. Son objectif est de donner une nouvelle impulsion à ces centaines de Juifs, pratiquants ou non, autour de nombreuses activités prévues tels que des cours d’hébreu moderne, de judaïsme, de liturgie, de cuisine et même de danse, comme l’explique la présidente du Consistoire régional, Maître Deborah Loupien-Suares : « Force est de constater que le chabbat mondial a été une incroyable réussite. Les gens étaient si heureux. Beaucoup de personnes sont venues de loin, de Bordeaux, La Rochelle, Arcachon, Pau, Périgueux, Toulouse et même Paris pour célébrer cet événement deux jours durant. Autant dire de grands moments de joie et de chants, lors des repas et des offices avec le talentueux ‘Hazan Levi Lasry, ainsi que la découverte du patrimoine historique régional. De fait, nous envisageons d’organiser d’autres chabbats communautaires, rassembleurs et conviviaux afin de rapprocher les plus éloignés mais également les personnes
âgées et isolées. »

Une communauté de rite portugais depuis des siècles

La présence du judaïsme en Pays basque date de 1492. Avec l’entrée en vigueur des décrets d’expulsion des Juifs d’Espagne, puis du Portugal, le Pays Basque, situé à l’extrême sudouest de la France, vont devenir une terre d’accueil et de prédilection pour tous ceux qui refusent de se convertir au catholicisme. Ils vivront alors leur judaïsme dans le plus grand secret, et conserveront fidèlement le rite portugais. Ils s’installent en majorité dans la petite ville de St Esprit de Bayonne et à Peyrehorade où se trouve jusqu’à présent un cimetière historique disposant de concessions perpétuelles. Plus tard, un édit royal reconnaît ces Juifs comme « nation portugaise » et les autorise à pratiquer plus ouvertement. Malgré de nombreuses persécutions, ils deviennent importateurs de chocolat, négociants ou armateurs. A la Révolution française, c’est la communauté juive de Bayonne qui est la première à devenir pleinement française, obtenant alors tous les droits et les devoirs de citoyens. Alors qu’à l’époque existaient de nombreux petits oratoires, ils ont été remplacés en 1837 par une grande synagogue inaugurée sous Louis Philippe aux cris de « Vive le Roi ! ». On cite parmi les grands noms locaux de l’époque les familles Furtado, Pereire, Da Silva. René Cassin qui fut prix nobel de la paix est originaire de Bayonne, ainsi que la famille du Premier ministre Pierre Mendès France. Dès 1962, la communauté se renforce avec l’arrivée des juifs d’Algérie, du Maroc et de Tunisie. A l’heure actuelle, les quelque 300 familles qui vivent entre Dax et Hendaye sont en grande majorité des adeptes du rite portugais. Elles seront désormais accompagnées par le rabbin Emmanuel Valency, qui connaît bien cette liturgie. Enfin en dehors de la synagogue de Bayonne qui est en cours de rénovation, et celle de Pau, on peut visiter celle de Biarritz située à 8 kilomètres vers la côte atlantique, inaugurée en 1904. Elle accueille de nombreux touristes pendant les mois d’été où les offices ont lieu tous les chabbat. L’occasion pour les visiteurs de venir renforcer une communauté chaleureuse et authentique, à l’image de cette région de France.

Isabelle azrIel

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire