12 Kislev 5781‎ | 28 novembre 2020

L’assassin de Sarah Halimi sera-t-il enfin jugé ? Réponse imminente

Inconcevable que l’assassin, Kobili Traoré, qui a défénestré du 3e étage, Sarah Halimi après l’avoir massacré à coups de pieds et de poings, aux cris d’Allah Akbar, le 4 Avril 2017, dans le 11e arrondissement de Paris, puisse échapper à une quelconque condamnation. Or, sous prétexte qu’il était sous l’effet d’une consommation excessive de cannabis, ayant altéré voire, selon deux autres experts, aboli son discernement au moment de commettre son crime, il pourrait être considéré comme pénalement irresponsable ! Une position « hallucinante » que l’avocat des enfants de Sarah Halimi, Maître Francis Szpiner, dénonce avec force : « Cela signifie que désormais en France, la consommation d’une substance illicite vous exonère de votre responsabilité pénale. Si la cour d’appel suit le parquet dans ses réquisitions, cela constituerait une rupture profonde en droit pénal et une atteinte irrémédiable à l’ordre public. » En clair, lorsqu’un chauffard commet un accident en état d’ébriété, il s’agit d’une conséquence aggravante, mais lorsqu’un crime est commis sous l’emprise de drogues illicites, la responsabilité serait levée… Imaginons un seul instant la jurisprudence qu’une telle décision impliquerait. « Il suffira dorénavant d’invoquer l’ignorance des effets de la consommation d’une drogue illicite pour se voir déclarer irresponsable », avertit Me Szpiner dans l’Obs du 12 décembre. D’autant que l’expert psychiatrique Daniel Zagury l’a expliqué clairement à la barre : « Si je le reçois dans mon service, je l’autoriserais à sortir très vite. Aujourd’hui c’est un individu parfaitement normal. Il ne suit pas de soin, il n’est pas malade, il ne prend pas de médicament, il n’est atteint d’aucune pathologie mentale. » Insoutenable pour la famille de Sarah Halimi et pour la communauté juive dans son ensemble, d’autant que le caractère antisémite du meurtre lui, a bien été établi. Ainsi, son frère William Attal confie à Haguesher son désarroi le plus total à la veille de cette décision cruciale : « Il faut rendre justice à ma sœur. Elle est morte dans d’atroces souffrances. Son assassinat odieux ne peut pas rester impuni. » Réponse de la Cour d’Appel ce jeudi 19 décembre.

ISABELLE AZRIEL

porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle porno izle