16 Kislev 5780‎ | 14 décembre 2019

« Dans cette alliance contre nature, les islamogauchistes seront les idiots utiles »

Entretien avec Yves Azeroual, journaliste, essayiste et réalisateur du film-documentaire « Islamogauchisme, la trahison du rêve européen »

Haguesher : Deux mots ont fait leur apparition en France ces dernières années : islamophobie et islamogauchisme. Qui se cache derrière ?

Yves Azeroual : L’islamophobie serait, selon ses apologistes, une haine dirigée contre l’islam. Or, s’il faut dénoncer tout acte raciste contre des musulmans, en France, fort heureusement, le délit de blasphème n’existe pas. Nous avons le droit de critiquer toutes les religions. Comme l’a décrit Pascal Bruckner, l’islamophobie, « ce racisme imaginaire » permet de faire coup double : stigmatiser les traîtres à la foi coranique et imposer le silence aux Occidentaux impies !

Et pour les aider dans leur tâche ils ont, dites-vous, des soutiens de poids : les islamogauchistes. Qui sont-ils ?

Yves Azeroual : Pour faire court, ce sont des laïcs, de gauche et d’extrême gauche qui, orphelins d’une révolution, croient avoir trouvé dans les masses musulmanes, un prolétariat de substitution. Dans mon documentaire « Islamogauchisme, la trahison du rêve européen »*, je cherche à comprendre pourquoi et comment une poignée
d’intellectuels et de politiques de gauche et d’extrême gauche, peu nombreux mais très influents dans les médias et dans la mouvance des droits de l’homme, ont réussi à imposer une véritable sanctuarisation de l›islam dans l›espace politique français. Mais aussi pourquoi ces intellectuels et ces politiques, pour la plupart agnostiques et libertaires, se sont-ils brusquement pris de passion pour l’islam. Une alliance contre nature ! Essentiellement pour des raisons purement électoralistes…

Qui se regroupe sous l’étendard de « l’islamophobie » ?

Yves Azeroual : Des prédicateurs, qui jugent l’Occident trop « judéo-croisé » ; des militants indigénistes, décolonialistes et autres racialistes qui organisent des camps d’été interdits aux Blancs ; des activistes dont le discours antisioniste fleure bon l’antisémitisme. Et pour leur faire la courte échelle, les idiots utiles : des politiques, des journalistes et des intellectuels de gauche, peu nombreux mais très influents dans les médias, à l’Université, et dans la mouvance des droits de l’homme. Le #pasdamalgam reste leur argument favori. Ils ne sont pas Charlie.

Ensemble, ils ont manifesté dimanche dernier à Paris…

Yves Azeroual : Il y avait plus de signataires de l’appel à manifester que de participants à la manifestation ! Qu’importe, la gauche radicale a perdu son âme en espérant gagner les futures élections par la captation des voix des musulmans les plus radicaux. Même si certains des signataires ont rétropédalé cela n’enlève rien à leur manque de discernement politique ni à leur esprit collaborationniste. Car ils le savent : derrière l’argument de l’islamophobie se cachent les tenants de l’islam politique, les Frères musulmans entre autres. Et à la fin ceux qui risquent de l’emporter ce sont les partis populistes. En France comme partout en Europe…

ProPos recueillis Par isabelle azriel

*« Islamogauchisme, la trahison du rêve européen », un film écrit et réalisé par Yves Azéroual. En salles à Paris, en province, en Belgique et en Suisse. Pour connaître les lieux et horaires de diffusion, consulter les pages Facebook « Yves Azéroual » et/ou « Islamogauchisme. Le film »