30 Nisan 5781‎ | 12 avril 2021

Le concours biblique a rassemblé de grandes pointures du Tanakh !

Placé cette année sous le signe du rassemblement des exilés, la demi-finale du troisième concours biblique pour adultes proposé par l’Organisation Sioniste Mondiale (OSM) s’est déroulée le 7 Novembre dernier au sein du flambant neuf Centre Européen du Judaïsme, situé dans le 17e arrondissement de Paris. Plus de 350 personnes étaient présentes dont de nombreux rabbanim, responsables communautaires, et à leur tête le président du consistoire Joël Mergui.

Un concours de haut niveau, comme l’a expliqué à Haguesher, Moché Cohen, délégué général de l’OSM pour la France: « Au départ, nous avions sélectionné 105 candidats âgés de 40 à 60 ans, avec parmi eux des médecins , des directrices d’écoles juives et des informaticiens. Mais, au bout du compte, 10 seulement ont été retenus pour cette demi finale, autour de questions complexes sorties tout droit des textes fondateurs du Tanakh.…Il était parfois très difficile de comprendre les questions, tellement le niveau est élevé, a admis Moché Cohen. Pour départager ces excellents candidats, nous leurs avons soumis une cinquantaine de questions dont 4 complexes auxquelles il le fallait répondre en 90 secondes seulement. »

Et la gagnante de cette demi-finale ardue a été Hanna Ruimy, 52 ans, responsable pédagogique du Talmud Torah de la communauté de la rue Montévidéo à Paris (16ème) et mère de 4 enfants. Comment at-elle pu se hisser à la première place qui va la conduire tout droit à Jérusalem le 24 décembre prochain, troisième soir de ‘Hanoucca pour la grande finale ? « Je suis née dans un foyer où l’étude occupait une place centrale, a confié Hanna Ruimy à Haguesher. Mes parents étaient enseignants et responsables communautaires. Ils m’ont donné avant tout l’amour de l’étude des textes. Ensuite, j’ai eu la chance d’être l’élève de Madame Picard au lycée Lucien de Hirsch, un véritable modèle de femme orthodoxe qui pousse chaque jeune fille à progresser dans l’étude. Nous avions un ‘hidon de tanakh chaque roch hodech ! Enfin et surtout, c’est en préparant mes propres enfants aux concours bibliques pour adolescents que j’ai le plus appris ! Mes deux fils ont ainsi gagné tour à tour ces fameux concours à l’âge de 14 et 15 ans ! » Depuis 2014, les concours bibliques sont ouverts aux adultes, ce qui permet aux candidats du monde entier de se présenter tous les trois ans. « J’ai bossé durement, fiche après fiche, car il s’agit de connaître les versets les plus difficiles et savoir les situer précisément dans le Tanakh, ce que les israéliens apprennent depuis l’enfance ! » « Cela explique effectivement pourquoi les Israéliens remportent haut la main ce concours chaque année » souligne Moché Cohen. Pour autant, tous les espoirs sont permis. 22 candidats, venus du monde entier s’affronteront le 24 décembre prochain au Palais de la Nation à Jérusalem.

Selon Hana Ruimy la plus grande victoire et récompense c’est déjà d’avoir pu donner envie d’étudier à de nombreuses femmes et jeunes filles. Faisant du Tanakh, l’outil pédagogique le plus performant de tous les temps : « Tout figure dans nos textes. On peut répondre à toutes les problématiques modernes et enseigner à nos enfants comment se comporter depuis la plus tendre enfance, en prenant exemple sur les grands personnages bibliques. » A titre d’exemple et en relation avec la paracha de la semaine, Hanna Ruimy rappelle la prière d’Avraham en faveur des habitants de Sodome- les plus vils de leur génération- et avec elle cette formidable capacité de l’homme à continuer à toujours croire en l’homme. Ainsi que l’immense bonté de D.ieu.

Isabelle AzrIel