20 Adar 5781‎ | 4 mars 2021

Attentat d’Ofra : L’émotion de la population et la frustration de Tsahal

Israeli soldiers and police inspect the scene of a shooting attack at the entrance to the Israeli settlement of Ofra, north of the city of Ramallah, in the West Bank, on December 9, 2018. Photo by Ofer Meir/Flash90 *** Local Caption *** ôéâåò èøåø éøé ðøöç ôöåò ôöåòéí îëåðéú öåîú òôøä îèä áðéîéï

L’attentat de dimanche soir (9.12) devant la station d’autostop à l’entrée de la localité d’Ofra en Samarie a provoqué une puissante onde de choc au sein de la population israélienne. Mais il a également interpelé les forces de sécurité qui constatent une augmentation des actions subversives des Palestiniens. Récit et analyse.

La population israélienne a été particulièrement touchée et émue par le drame de Shira Ich-Ran, une jeune femme de 21 ans qui était enceinte de 30 semaines et qui a été grièvement blessée par les tirs de terroristes palestiniens qui circulaient sur la route trans-samaritaine 60, dimanche soir à l’entrée d’Ofra. Dès son admission à l’hôpital Chaaré Tsédek à Jérusalem, les médecins ont compris que pour sauver Shira et son bébé, il fallait absolument procéder d’urgence à une césarienne. Le bébé est né mais son état était, au moment où nous mettions sous presse mardi après-midi, toujours critique. Il pourrait souffrir de déficiences neurologiques consécutives aux blessures de sa mère. Quant à Shira, elle-même, elle était mardi, toujours dans un état qualifié de grave par les médecins. Ses parents qui restent à son chevet ont demandé à la population israélienne de prier pour son prompt rétablissement et, fait relativement inhabituel le Yediot Aharonot a titré ce lundi en manchette :« Nous prions avec eux », en montrant une photo du mariage de Shira et d’Avi’haï il y a 9 mois à peine. Avi’haï, le mari, a également été blessé mais plus légèrement et après avoir été opéré, il s’est déplacé entre le chevet de son épouse et le département des prématurés où son fils lutte pour survivre. Au-delà donc de l’émotion provoquée par le drame de la toute jeune famille Ich-Ran, cet attentat suscite une inquiétude réelle auprès des habitants des localités juives de Judée et Samarie et une immense frustration auprès des forces de sécurité. Les habitants juifs font, en effet, état d’une multiplication des attentats au-delà de la Ligne Verte au cours des derniers mois et ils constatent que les terroristes sont de plus en plus audacieux. Le ministre de l’Education et
leader du Foyer Juif Naftali Benett, dont l’électorat peuple ces localités de Judée et Samarie, a considéré au lendemain de l’attentat qu’il fallait « restaurer au plus vite la force de dissuasion de Tsahal et libérer les soldats israéliens des «menottes» juridiques qui entravent l’activité militaire dans ces régions. » Benett a également demandé au Premier ministre de légaliser sans délai l’ensemble des maisons de la localité d’Ofra. Mr Nétanyaou a promis que « tout sera fait pour capturer les monstres qui ont tiré sur une femme enceinte ». Ce qui nous conduit à revenir sur la frustration des forces de sécurité. En effet tant au Shin Bet qu’au sein de Tsahal, on constate que, pour la troisième fois consécutive, des terroristes attentent à la vie de citoyens israéliens et parviennent à s’enfuir sans que les forces de sécurité ne réussissent à les neutraliser. Ce fut le cas, il y a deux mois, lors de l’attentat meurtrier dans la zone industrielle de Barkan, mais également, il y a un mois environ, lors de tirs contre un autobus israélien à proximité de la localité de Beth El qui n’avait fait que deux blessés légers, et enfin donc dimanche à l’entrée d’Ofra. Au sein du Shin Beth et des Renseignements militaires, on a déployé d’intenses efforts pour retrouver le terroriste de Barkan sans pour l’instant le moindre résultat. Et cet échec des forces israéliennes est avant tout perçu par les Palestiniens comme un succès des terroristes qui deviennent des héros et pourraient bénéficier de la complicité de plus en plus de Palestiniens qui s’identifient avec eux. Après l’attentat d’Ofra qui, outre Shira et Avi’haï Ich-Ran, a également blessé 5 autres Israéliens, on s’interroge également sur la nature du commando terroriste qui a ouvert le feu en direction de la station d’auto- stop et l’on se demande si les terroristes ont agi de leur propre initiative, ou bien s’ils ont reçu du Hamas, l’ordre de commettre un tel attentat. Le simple fait qu’ils aient utilisé, de l’avis de témoins, des armes à feu normatives peut laisser penser qu’ils ont été activés par un Hamas désirant provoquer des
troubles en Judée et Samarie et voulant profiter ainsi d’un affaiblissement
constant des structures de l’Autorité Palestinienne pour renforcer son pouvoir dans ces régions.  Daniel Haïk

baise toi baise toi baise toi baise toi baise toi porn watch baise toi baise toi baise toi baise toi baise toi baise toi baise toi sex baise toi baise toi baise toi baise toi sex sex watch baise toi baise toi baise toi baise toi baise toi porn baise toi porn porn porn porn sex porn porn porn porn porn baise toi porn porn porn porn porn porn porn baise toi baise toi porn porn porn porn child porn child porn child porn porn porn child child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn child porn porn porn porn porn porn watch baise toi baise toi porn