5 Heshvan 5781‎ | 23 octobre 2020

Le Chabbat : jour de repos respecté à tous les temps

Le respect du chabbat est à nouveau mentionné dans la Paracha de cette semaine pour bien préciser que les travaux de la construction du Michkan, en dépit de leur importance et de l’envergure de ce projet, devaient cesser le septième jour de la semaine. En outre, le Chabbat qui a fait l’objet d’importants débats ces mois-ci est à nouveau d’actualité mais cette fois, pour nous annoncer une bonne nouvelle et nous révéler des documents historiques liés au respect du Chabbat.

Tel-Aviv : Le restaurant Zakaïm est désormais fermé le Chabbat

Moins d’un an après avoir fait l’acquisition du célèbre restaurant végétarien Zakaïm situé à Tel-Aviv, les propriétaires, Keren Or et Oren Hazan, décident de fermer le Chabbat. Bien que les clients affluent le Chabbat, Keren et Oren sont convaincus qu’en respectant le Chabbat, ils en sortiront gagnants ! L’une des deux associés a précisé : « lorsque nous avons acheté ce restaurant, nous étions convaincus que nous fermerons le Chabbat. Certes, nous n’avons pas tout de suite osé franchir le pas… mais, au fond, c’était uniquement une question de temps ». Elle a également précisé qu’elle n’était pas en train de ‘fermer’ mais plutôt d’ouvrir… car c’est le Chabbat qui ouvre les portes de l’abondance ! »

Découverte de documents historiques

Lettres que des Rabbanim d’Israël ont adressées à Fayçal Ier

Bref rappel historique… Fayçal Ier a été le premier (et unique) roi de Syrie entre mars et juillet 1920. Avant d’accéder au pouvoir il avait tissé d’étroites relations avec plusieurs personnalités importantes du monde juif, dont ‘Haïm Weizmann ainsi que de nombreux Juifs des pays arabes.

Après la déclaration Balfour, Fayçal Ier avait annoncé qu’il reconnaissait le droit des Juifs à avoir un foyer national en Erets-Israël. Puis, suite à une révolte ayant éclaté en Syrie, l’Emir fut contraint de quitter son pays. Il se rendit alors en Irak où il y devint également roi à partir de 1921.

En 1932, il organisa une visite officielle à Jérusalem qui tomba le jour du Chabbat. Une grande cérémonie d’accueil fut organisée en son honneur. Rav ‘Haïm Zonnenfeld Zatsal et Rav Avraham Its’hak Hacohen Kook y avaient été invités. Tous les deux avaient officiellement été invités car ils représentaient les Juifs d’Erets Israël. Toutefois, compte tenu du fait que la cérémonie se déroulait en plein Chabbat, les Rabbanim ne purent y assister et ils envoyèrent des lettres à l’Emir en lui expliquant, avec honneur et courtoisie, qu’ils ne pouvaient guère se déplacer le Chabbat. Dans la lettre du Rav Zonnenfeld qui fut récemment découverte, il expliqua à l’Emir que son état de santé ne lui permettait pas de parcourir une telle distance à pied. Il conclut ses lignes par une bénédiction, en lui souhaitant que le Roi des rois fasse étendre sur son royaume sa Souka de paix.

 

L’Emir fut si impressionnée de l’attitude des Rabbanim qu’il s’exclama : « si le Rav ne peut assister à la cérémonie pour des motifs d’ordre religieux, je vais moi-même lui rendre visite » …et en effet, il se présenta le lendemain au domicile du Rav Kook.

 

Document mis au jour à la Gueniza du Caire

Une lettre, dans laquelle est exposée une question halakhique relative au Chabbat, a récemment été découverte dans une Gueniza du Caire. Ce document, datant d’il y a près de 1000 ans, met en exergue le respect scrupuleux des lois du Chabbat au sein de la communauté juive égyptienne. Voici un résumé du cas cité : « En plein Chabbat, un groupe de Juifs a constaté qu’un magasin de l’un de leurs coreligionnaires était ouvert. Des menuisiers s’y trouvaient pour fixer des étagères. Le Beth-Din avait alors convoqué le commerçant après Chabbat. Il avait précisé aux Dayanim qu’il n’était pas responsable de ce ‘Hiloul Chabbat puisqu’il louait ce local et qu’il ne payerait pas de loyer avant la fin des travaux… Or, ces travaux étaient réalisés à son avantage !? » Les juges rabbiniques, n’étant pas tous du même avis pour statuer ce cas de figure complexe, avaient soumis ce cas au guide spirituel de l’époque à Jérusalem, en lui adressant un courrier… La réponse, quant à elle, n’a pas encore été découverte !

 

Que nous puissions toujours mériter de respecter et d’honorer le Chabbat comme il se doit !

Yokheved Levy