18 Tishri 5782‎ | 24 septembre 2021

Attention, une affaire peut en cacher une autre !

Au cours des derniers jours le dossier 4000 dont on avait peu parlé jusqu’à présent a refait surface. Plusieurs personnalités dont le patron de la compagnie de téléphonie Bezek, Chaoul Alovitz, l’ex directeur du ministère des Communications Chlomo Filber (très proche de Binyamin Nétanyaou) et Nir Heffetz ancien conseiller en communication de la famille Nétanyaou, ont été arrêtés et soumis à des interrogatoires soutenues de la part des enquêteurs. Ce dossier 4000 détaille des relations corruptives entre le patron de Bezek et les proches du Premier ministre. Alovitz aurait fourni au Premier ministre israélien une couverture médiatique complaisante sur son site d’information Walla en échange, apparemment, d’avantages substantiels pour la Compagnie de téléphonie israélienne. Les enquêteurs disposeraient de témoignages relativement accablants prouvant que la famille Nétanyaou et ses proches ont exercé des pressions sur certains journalistes et rédacteurs de Walla afin que le Premier ministre et son épouse soient mentionnés favorablement. Mais cette affaire aurait, paraît-il, débouché sur une autre enquête concernant en particulier Nir Heffetz. Celui-ci aurait, apparemment, proposé à la juge Hila Guerstel chargée du dossier des dépenses réalisées par Sarah Nétanyaou à la résidence du Premier ministre, de fermer ce dossier en échange d’une nomination par le Premier ministre au poste de Conseiller juridique du gouvernement ! Cette affaire qui commençait ce mardi à faire des vagues, et qui n’est pas sans rappeler l’affaire Baron-Hebron (lors du premier mandat de Binyamin Nétanyaou dans les années 90) pourrait considérablement embarrasser le Premier ministre…

Daniel Haïk