20 Av 5781‎ | 29 juillet 2021

Pologne : la prison pour qui l’accuserait de collaboration avec l’Allemagne

Une nouvelle loi, votée vendredi dernier par le parlement polonais, dispose que quiconque accusera le pays d’avoir une part de responsabilité dans le massacre de la Shoah encourra une peine pouvant aller jusqu’à trois d’emprisonnement. Cette même loi interdit de nier le meurtre de 100 000 Polonais par l’armée ukrainienne qui avait collaboré avec les Nazis au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La réaction du Premier ministre Binyamin Nétanyaou ne s’est pas faite attendre : « Je condamne cette loi, on ne peut changer l’Histoire, et il est interdit de nier l’existence de la Shoah. J’enverrai l’ambassadeur d’Israël en Pologne voir le président polonais pour faire porter à sa connaissance mon indignation au regard de cette loi. »

Le chef du Camp Sioniste Avi Gabaï a également réagi : « La décision du parlement polonais encouragera les négationnistes à travers le monde entier à propager et intensifier leurs mensonges. Fuit l’Histoire ne la modifie pas. Avant même la Seconde Guerre mondiale, la Pologne était déjà profondément antisémite.

Quant au chef de l’opposition Its’hak Herzog, il a ajouté : « Au vu de ce que j’ai appris, je demande à Binyamin Nétanyaou et au ministre des Affaires Etrangères, de dépêcher l’ambassadeur d’Israël à Varsovie afin de faire prendre conscience au parlement polonais de la gravité de cette nouvelle loi ».

 

Illustration: Shutterstock