15 Tammuz 5781‎ | 25 juin 2021

Notre arme secrète

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le peuple juif connaît une réussite exceptionnelle. Cette réussite a un secret : les sages d’Israël, qui nous accompagnent depuis la nuit des temps…

Chaque bataille a son général, chaque aéroport sa tour de contrôle, chaque château fort sa muraille de protection. Le peuple juif a son rempart contre tous ses ennemis, ses épreuves, les épilepsies de l’Histoire : Hachem et nos rabbanim.

A travers le générations, nos Sages nous donnent la direction, nous orientent. Plus encore, ils sont en permanence en contact avec tous les Juifs, quels qu’ils soient et où qu’ils se trouvent, pour les soutenir, les accompagner, pour pleurer avec eux, comprendre leurs problèmes. Ils savent prendre part à nos peines, partager nos moments difficiles.

Dans notre société de consommation, entraînés dans une course folle aux organismes transgéniques, au rythme effréné de la production et du gain ayant inversé et aboli toutes les principes essentiels de la famille, notre seul rempart contre la folie du monde, ce sont nos rabbanim, qui sont là envers et contre tout, avec nos valeurs éternelles, gardant la tête froide et les pieds sur terre. Par leurs prières, leur kédoucha, leurs mérites, on leur doit tous une partie de nos réussites.

 

Recevoir une kamia de sa main

Le rebbé de Tchernobyl Bné-Brak, à l’instar du Baal Chem Tov, de Baba Salé, de Rabbi Na’hman de Breslev, du Rabbi de Loubavitch, de Rav Kadouri, de Rav Ovadia Yossef, et de bien d’autres, nous guide, nous donne sa bénédiction et nous protège.

Descendant d’une lignée d’Admourim, il dort 2 heures par nuit, jeûne trois jours par semaine, se consacrant à l’étude et à la prière, dédiant son temps et son énergie pour conseiller, orienter et parfois sauver le peuple juif.

Tous ces tsadikim sont notre arme secrète.

Lorsqu’il réalise la ségoulat hamanne, il poursuit les objectifs que lui ont fixés ses ancêtres : apporter à tous les Juifs une bénédiction financière et une réussite dans tous les domaines. Sa ségoula ancestrale, il la tient de ses pères, de génération en génération : la lecture d’un passage de la Parachat Béchala’h qui fait le récit de la manne dans le désert.

Ce soir-là, le public pourra recevoir de sa main la kamia de la parnassa.

Soirée de gala du Rabbi de Tchernobyl, le lundi 18 janvier à 20h00 dans les Salons de la Palmeraie, 20 rue du Colonel Pierre Avia, Paris 15ème. Entrée sur réservation (26€), parking gratuit.