9 Kislev 5781‎ | 25 novembre 2020

Hespédim du Rav Shlomo Tsvi Halévy Frank, Premier directeur de l’école Emeth Lé-Yaacov

C’est avec une profonde tristesse que la communauté juive de la région parisienne et, en particulier, le corps enseignant et les anciens élèves de l’école Emeth Lé-Yaacov, ont appris le décès du Rav Frank Zatsal.

Des Hespédim en hommage au Rav auront lieu à Joinville-Le-Pont dans les locaux de l’école, ce dimanche 3 décembre à partir de 18 heures.

La Rabbanit Rottenberg nous confie : « Nous avions fait la connaissance du Rav Frank au moment où notre école a ouvert ses portes. Etant à la recherche d’un directeur, nous avions rencontré le Rav Frank, qui dirigeait auparavant un séminaire de jeunes filles en Israël. Dès notre premier entretien, nous avions apprécié cette personnalité exceptionnelle, et nous avions alors pris conscience qu’il allait « révolutionner » le système éducatif classique. Quelle était sa devise ? « L’enfant est roi. » En général, on conçoit que l’enfant doive s’intégrer au système scolaire existant et se plier aux exigences, parfois rigides, de ses enseignants. Mais l’approche pédagogique du Rav Frank était différente : les enseignants doivent aller à la rencontre de l’enfant, et faire preuve de souplesse à son égard pour l’aider à réussir. Notre directeur tentait de son mieux de découvrir la personnalité de chaque enfant afin de mieux le comprendre. A certaines occasions, étant lui-même graphologue, il analysait les dessins des élèves en difficulté afin de cibler leurs besoins.

En outre, la relation particulière qu’il établissait avec les élèves se manifestait au quotidien, en accueillant chaleureusement les enfants à l’entrée de l’école.

Avant la distribution des bulletins trimestriels, il examinait « à la loupe » les notes et les commentaires pour veiller à ne jamais briser un enfant. Il lui arriva, à maintes reprises, de convoquer les enseignants afin qu’ils rehaussent les notes ou corrigent les remarques, pour qu’elles soient constructives et encourageantes.

Voici une anecdote marquante qui décrit bien le dévouement du Rav Frank : l’une de nos élèves qui était orpheline, n’avait pas été admise au séminaire de Gateshead. Le directeur était alors déterminé à intervenir en sa faveur… ni une lettre ni un coup de fils ne lui suffisaient et il n’hésita pas à prendre un billet pour se rendre en Angleterre ! Il se souciait du bien-être de chacun à tous les niveaux. Il eut le mérite d’éduquer des centaines d’enfants qui sont nombreux aujourd’hui à avoir fondé leur propre famille, qu’ils élèvent dans la Torah et les Mitsvot.

 

Témoignage d’une ancienne élève, Déborah Zaoui (Jammot)

« Mes souvenirs remontent bien loin : je me rappelle du sourire chaleureux du Rav Frank Zatsal. Chaque matin, il nous attendait à l’entrée de l’école ‘Harédi, près du boulevard Henri IV. Au moment où nous nous séparions de nos parents, le simple fait de le voir nous rassurait.

Quand nous nous faisions renvoyer d’un cours, nous devions aller chez le directeur. C’était très impressionnant… Malgré sa carrure et son caractère imposant, il était doux et aimait chacun d’entre nous comme ses propres enfants… Tout naturellement, il nous tendait un bonbon de sa réserve inépuisable et, souriant, il nous recommandait de ne pas recommencer la prochaine fois. Notre seul souhait était de ne pas décevoir notre cher directeur. (…)

Aujourd’hui, contre toute attente, je suis enseignante et je repense souvent à cette merveilleuse école qu’il a fondée, au souci permanent qu’il avait pour chaque élève, à cette ambiance familiale qui régnait. (…) Je remercie Hachem d’avoir eu la chance de grandir dans une maison de Torah et d’avoir fréquenté une telle école.
Le départ de Rav Frank au Canada nous avait profondément attristés, mais je gardais toujours l’espoir de le revoir un jour, de lui reparler de l’enfant que j’étais, et de lui montrer qui j’étais devenue…. Aujourd’hui, il est réellement parti, mais il doit être très fier de voir, de Là-Haut, les fruits de son travail et de son investissement.
Rav Frank a marqué notre enfance, il restera dans nos souvenirs pour toujours. »