17 Kislev 5780‎ | 15 décembre 2019

Vingtième anniversaire du décès de Rav Baroukh Houminer zatsal

Vingt ans se sont écoulés depuis la disparition du Rav Baroukh Houminer, connu en Israël sous le nom du « Tsadik de Paris », pour les nombreux voyages qu’il effectua vers la capitale française. A cette occasion, rappelons quelques facettes de cette grande personnalité qui « trouvait grâce aux yeux d’Hachem et aux yeux des hommes ». Connu pour sa générosité, les Rabbanim lui confiaient de nombreux dossiers de familles en difficulté. Et le Rav Houminer se souciait de combler leurs besoins et de les recevoir chez lui avec un visage rayonnant. Sa maison était ouverte à tous, il réservait des pièces spécialement pour ses hôtes, et celles-ci étaient quasiment toujours occupées.

Le Rav Moché Wolf qui a eu l’occasion d’être hébergé chez le Rav Houminer, témoigne : « Lui et la Rabbanit s’efforçaient de mettre à l’aise chacun et de donner aux invités l’impression d’être chez eux. Plus encore, on avait le sentiment de leur rendre service en acceptant d’être hébergés chez eux… Ils étaient le symbole d’une Ahavat Israël incommensurable. » C’était une référence dans le monde du ‘hessed mais aussi dans le monde de la Torah, puisqu’il a fondé plusieurs synagogues et yéchivot au sein du mouvement ‘hassidique en Israël.

Par ailleurs, le Rav Houminer voyageait régulièrement à Paris et entretenait d’étroites relations avec plusieurs membres de cette communauté qui lui était chère. Lors de ses séjours à Paris, c’était avec chaleur et affection qu’il rapprochait ses frères de la Torah. Il leur rappelait essentiellement l’importance du respect des principes fondamentaux du judaïsme : la pureté familiale et le Chabbat. Doté d’un talent oratoire, ses auditeurs avaient plaisir à l’écouter et étaient enclins à mettre en pratique ses enseignements. L’une des personnes ayant un jour assisté « par hasard » à un discours du Rav Houminer, a témoigné : « J’ai été profondément touché au point que ses propos m’ont conduit à changer du tout au tout et à devenir un autre homme ». Il réussissait à convaincre les gens de fermer leur commerce le Chabbat et suite à cette démarche, ceux-ci trouvaient la bérakha dans leurs affaires.

Sa foi en Hachem était exemplaire et il réjouissait le cœur des personnes en détresse en renforçant leur Emouna par le récit de miracles illustrant la Grandeur de Hachem.

Son fils, Rav Israël Houminer, installé à Bné-Brak, continue à répandre sa lumière par les cours de Torah qu’il dispense et par l’organisme de Tsedaka qu’il a fondé pour l’élévation de l’âme de son père, Rav Baroukh Houminer zatsal.