16 Elul 5779‎ | 16 septembre 2019

Israël associé à la création d’un accélérateur de particules en Jordanie

Le 17 mai, en présence du roi Abdallah II, la Jordanie a officiellement ouvert   le   premier   accélérateur   de   particules   du   Moyen-Orient, installé   à   Allan.  Cette   réalisation  est   due   à   la   collaboration   de scientifiques  de  plusieurs  pays  de  la  région  (Chypre,  Egypte,  Iran, Israël, Jordanie, Pakistan, Turquie, Autorité palestinienne) qui ont décidé d’unir leurs savoirs pour faire progresser la recherche, et cela en dépit  des  tensions  qui  perdurent  au  Moyen-Orient  depuis  plusieurs décennies.   Ce   projet,   soutenu   par   l’UNESCO   et   l’AIEA   (Autorité internationale  de  l’énergie  atomique),  s’inspire  du  CERN  (Centre européen  de  recherche  nucléaire).  Il  a  coûté 90 millions  de  dollars, financés par l’Union européenne et les cotisations des Etats membres (40 millions   de   shekels   pour   Israël).   Outre   leur   utilisation   en recherche fondamentale, les applications pratiques des accélérateurs de  particules  sont  multiples :  production  de  radio-isotopes  en  médecine et en radiologie, gravure de circuits intégrés électroniques, stérilisation des aliments, datation de pièces archéologiques. Le ministre israélien  de  la  Science  et  de  la  Technologie  Ofir  Akunis,  qui  devait  être  présent  lors  de  l’inauguration  de  ce  centre,  a  annulé  son  déplacement   en   raison   de   la   réaction   jordanienne   rendant   Israël responsable  de  la  mort  à  Jérusalem  d’un  de  ses  ressortissants  qui avait  agressé  à  coups  de  couteau  un  policier  dans  la  Vieille  ville.  Il  a déclaré : « La  dimension  scientifique  de  ce  projet  est  importante,  la paix  avec  la  Jordanie  est  importante,  mais  défendre  la  vérité  est  également  important. »  Un  premier  couac  pour  une  entreprise  vouée à promouvoir la collaboration scientifique régionale. D.J.