18 Kislev 5781‎ | 4 décembre 2020

La persévérance : clé d’une éducation réussie

La problématique de l’éducation

L’objectif de l’éducation des enfants et des élèves est de les amener à devenir, à l’âge adulte, de fidèles serviteurs de D.ieu. Or, servir D.ieu implique nécessairement l’acceptation du joug de la Torah et des mitsvot, alors que la tendance naturelle de l’homme est d’aspirer à la liberté, de s’affranchir de toute contrainte. Son inclination spontanée est de refuser tout joug.

Comme nos Sages le soulignent, l’esclave se complaît dans sa condition d’esclave, car il s’y sent hefker, c’est-à-dire libre de toute obligation morale et, par voie de conséquence, de tout devoir social. Il est également écrit dans Iyov (11, 12) : « L’ homme, à la naissance, est comme un ânonsauvage », dans la mesure où chez l’enfant, cette tendance est encore plus perceptible car plus accentuée. Par exemple, si l’on propose à un enfant un bonbon, il s’en empare et s’enfuit en courant. On aura beau le rappeler en le priant de dire merci, il refusera. Cela provient du fait que depuis sa naissance, il est habitué à ce que tous ses besoins soient comblés. Lorsqu’il est nourrisson, il pleure et hurle dès qu’il a faim jusqu’à ce qu’on lui procure sa nourriture. S’il n’est pas propre, il n’aura de cesse de grogner que lorsqu’on l’aura changé. Puis il grandit, et il voudrait que cette situation perdure. Mais le moment est venu de lui apprendre à dire merci, à attendre patiemment, à effectuer de lui-même ce dont il est capable. Pour l’enfant, cette période constitue un bouleversement douloureux : passer de la désinvolture à la docilité, de l’insoumission à la discipline, de l’anarchie à la responsabilité n’est en effet pas chose aisée. Mais si cette nouvelle situation est difficilement acceptable pour notre petit « péré adam » (enfant sauvage), nous avons néanmoins la possibilité et le devoir de l’y entraîner.
Définition de l’éducation
Rachi (dans Béréchit 14, 14) interprète le mot « ‘ hinoukh » [éducation] en ces termes : « Il s’ agit d’ introduire une personne ou un instrument dans le rôle qu’ il sera appelé à avoir dans le futur ». Autrement dit, il s’agit d’exercer l’enfant à se comporter conformément au rôle qu’il devra jouer plus tard. En ayant recours à une répétition continuelle d’actes et de gestes, on l’entraîne à endosser son rôle futur et à assumer ses responsabilités. Même si cela paraît difficile, il s’agit d’une tâche accessible pour qui se conforme à des méthodes d’éducation adéquates. Voyons à présent en quoi consiste concrètement l’éducation.Quelle est la règle de conduite à suivre ? Faut-il punir et réprimer ? Inspirer la terreur ? Certes non ! Néanmoins, il faut savoir que malgré sa nature rebelle, l’enfant reste comme un morceau d’argile confié entre les mains d’un sculpteur. Lorsque l’on veut imposer sa volonté à un enfant, il faut le lui formuler sur un ton calme et posé. A coup sûr, il refusera d’emblée d’obéir, à cause de cette tendance égoïste mentionnée auparavant. Mais au demeurant, l’éducateur dispose des moyens d’atteindre son objectif.
L’effet miracle de la persévérance
Si l’enfant comprend que son père ou sa mère sont déterminés dans leur position, il finira sans nul doute par obéir et se soumettre à leur volonté. L’entêtement et la révolte qui se manifestent chez l’enfant (comme la plupart des problèmes pédagogiques) découlent directement du manque de détermination des parents ou éducateurs. Les problèmes de désobéissance se rencontrent lorsque les parents renoncent à leurs exigences, parce qu’ils sont trop occupés, parce qu’ils se trouvent en présence de personnes étrangères, ou encore par excès d’affection envers l’enfant. L’enfant sent intuitivement que si ses parents ont déjà cédé à plusieurs reprises, il pourra continuer à abuser d’eux et il les poussera dans leurs retranchements, au gré de ses caprices. Il développera des réactions d’entêtement, qui risquent fort par la suite de l’inciter à devenir un enfant révolté.

 

Le problème des parents qui cèdent

Les parents ont du mal à concevoir que s’ils font preuve de faiblesse, voire d’incohérence dans leur rapport avec leur enfant, ils seront amenés à céder sans cesse davantage et seront ainsi entraînés dans une pente très dangereuse. En cédant, ils suscitent une réaction d’entêtement chez leur enfant, qui découvre qu’il peut refuser d’obéir puisque ses parents se plient à ses désirs. Entraînés dans un cercle vicieux, ils se verront contraints de céder encore et toujours. Mais bien souvent, les parents viennent à éprouver à leur tour de la colère pour leur enfant. Lui, pour sa part, ne comprend pas cette réaction : il se révolte donc et se positionne en victime. Les parents se mettent à punir systématiquement, et cela crée un engrenage infernal qui envenime tragiquement la situation. Ainsi, il apparaît que la clé d’une éducation réussie réside dans la persévérance et la détermination de l’éducateur. C’est ce qui permettra à l’enfant d’assimiler la notion d’interdit et l’obligera à cesser de mal se comporter. Il faut que l’enfant soit progressivement amené à comprendre qu’il n’a pas d’autre choix que d’obéir, car la persévérance ferme et tranquille de ses parents s’insinuera peu à peu en lui. En intégrant ce message, l’enfant n’aura pas de tendance à la révolte ; il acquerra naturellement l’obéissance et l’esprit de discipline, car il comprendra petit à petit que ses parents ou éducateurs ne cherchent pas s’opposer à lui par principe, mais simplement à le résonner.
Une éducation non réussie

Il faut comprendre un autre point fondamental : si une méthode d’éducation (et plus encore, une punition) n’est pas acceptée avec compréhension par l’enfant, cela signifie que la méthode est inefficace, voire même nuisible. Pourquoi ? Parce que comme nous l’avons vu, le ‘ hinoukh a pour but d’habituer l’enfant à adopter un certain comportement. Or ici, au contraire, on développe chez lui l’intime conviction que l’on s’acharne contre lui, ce qui ne peut qu’entraîner une nouvelle dégradation des relations. Cela ne signifie pas qu’un enfant ne doive jamais être puni. Parfois il est au contraire important de lui montrer avec la plus grande fermeté que son acte est inacceptable, au risque de susciter chez lui une réaction de pleurs. Cependant, il faut toujours garder à l’esprit que l’éducation ne se limite en aucun cas à une série de châtiments. La punition ne peut être efficace que si les parents ou les éducateurs ont la certitude que l’enfant l’acceptera et en saisira le sens véritable. En conclusion, le secret d’une éducation réussie réside dans la préparation progressive, explicative et surtout constante de l’enfant à accomplir des actes positifs, et à prendre de bonnes habitudes. Cela ne peut s’accomplir que dans le calme et la sérénité, non dans une atmosphère de tension et de contrainte, mais surtout dans la persévérance et la constance.
L’enfant ne sachant pas questionner

Cette idée essentielle ressort également de l’un des quatre types d’enfants que mentionne la Haggada de Pessa’h : celui qui ne sait pas questionner. Il nous faut tout d’abord définir qui est au juste cet enfant : Pourquoi ne sait-il pas questionner ? Serait-ce par manque d’intelligence, ou bien existe-t-il un obstacle intérieur qui le freine ? Nous allons nous aider des commentaires de nos Sages pour percer cette énigme.

Le texte de la Haggada est le suivant : « Quant à celui qui ne sait pas questionner, prends les devants comme il est écrit : “Tu parleras ce jour-là à ton fils en disant, c’ est grâce à ceci qu’ Hachem a agi en ma faveur quand je suis sorti d’ Egypte”. On pourrait penser que l’ obligation de raconter la sortie d’ Egypte commence à partir du premier jour du mois de Nissan, la Torah précise donc : “en ce jour”. Mais “en ce jour” pourrait désigner la journée du sacrifice pascal, qui est la veille de Pessa’ h ! C’ est pourquoi la Torah spécifie : “grâce à ceci” expression qui ne peut s’ appliquer qu’ au moment où la matsa et le maror sont posés devant toi ». Ce texte de la Haggada commente un verset de la Torah afin d’éclaircir quand doit avoir lieu la mitsva du récit de la sortie d’Egypte. Et cela pour aboutir à la conclusion que ce récit doit se dérouler précisément le soir du séder, lorsque la matsa et le maror sont posés devant nous. Quel est le message contenu dans ce commentaire ? En quoi est-il particulièrement adapté à l’enfant qui ne sait pas questionner ? Il est clair que ce texte cherche à s’adresser à cet enfant si particulier, de la façon la plusadaptée possible. Par ailleurs, il est aussi clair que cet enfant n’est pas stupide, auquel cas on l’aurait clairement spécifié.
Une question de midot

En réalité, la préoccupation de nos Sages dans ce passage relatifs aux « quatre fils » est centrée sur les midot (qualités morales). La question ne se situe pas à un niveau intellectuel, mais on s’interroge ici sur la façon la plus adéquate de transmettre un message pédagogique à un enfant en prise avec sa personnalité et ses traits de caractère. Pour éduquer un enfant, il faut au préalable avoir une maîtrise du domaine des midot et de la psychologie infantile, puis se pencher plus précisément sur le caractère de l’enfant précis auquel nous voulons venir en aide. Alors seulement, il sera possible d’adopter un comportement adéquat à son égard. Cette tâche est loin d’être aisée, mais c’est le défi que doit relever tout éducateur.
L’indifférence

Cet enfant qui ne sait pas questionner ne souffre donc pas de retard dans son développement cérébral. Ce n’est pas un obstacle intellectuel qui l’empêche de questionner, mais c’est une mida, un trait de caractère qui a pour nom : l’indifférence. Cet enfant ne s’intéresse à rien. Ni la question, ni la réponse, ni les commentaires, pas plus que les développements analytiques : tout l’indiffère. Malheureusement, nous croisons ce genre d’enfant quotidiennement et ce ne sont pas seulement des enfants qui ne savent pas questionner, car même une grande partie des adolescents sont eux aussi concernés par ce problème. Cette indifférence « pathologique » plonge les parents dans un grand désarroi et les frustre profondément.

 

La raison de cette indifférence
Pourquoi cet enfant est-il indifférent à tout ? Cette question est très vaste et nous n’avons pas la prétention de la traiter ici de manière exhaustive. Cependant, nous nous efforcerons d’en développer un aspect important. On peut affirmer en effet que l’éducation laxiste des parents –qui consiste à tout permettre et à ne rien interdire – aboutit à de telles conséquences tragiques. Les parents croient qu’il ne faut rien refuser à l’enfant, et ce petit grandit en égoïste, dans un état d’esprit entièrement tourné sur lui-même. Il s’habitue à ce que l’on pourvoie à tous ses besoins, que tous ses désirs soient à chaque instant réalisés, et rien d’autre ne l’intéresse. Les parents d’un tel enfant doivent se rendre à l’évidence. La méthode dure des remontrances, des cris et des punitions, est désormais inefficace chez cet enfant blasé de tout. Les parents ont échoué dans une partie de l’éducation de leur enfant, il ne reste qu’une seule méthode possible, qui réside dans l’exemple personnel. La Haggada recommande donc de raconter à l’enfant qui ne sait pas questionner le récit de la sortie d’Egypte non à Roch ‘Hodech, ni même la veille de Pessa’h, mais seulement lorsque la matsa et le maror sont posés devant nous sur la table. Cela signifie que cet enfant doit être témoin de la sincérité et de l’ardeur qui animent ses parents, lorsqu’ils viennent à accomplir les mitsvot de la Torah. C’est le seul moyen de faire sortir cet enfant de l’indifférence dans laquelle il est plongé. Ce n’est pas seulement à Pessa’h, mais également tout au long de l’année que ce fils devra assister à ces preuves de sincérité, de foi et de ferveur dans la vie juive familiale. Peu à peu, ces témoignages l’imprégneront intérieurement, car il reste conscient de son échec et de son manque moral. Il n’ignore pas être dans une impasse dont il ne parvient pas à se dégager. Toutefois, l’exemple permanent de ses parents finira par éveiller l’étincelle juive qui sommeille en son for intérieur, et qui jaillira et éclairera sa vie. A ce moment-là, il abandonnera certainement la voie dans laquelle il s’est égaré.

L’expression de la Haggada :« Tu prendras les devants » se traduit littéralement : « Tu lui ouvriras la voie ». Nos Sages ont remarqué que cette expression est formulée au féminin. Cela signifie que le père en perte de force et de moyens – comme s’il était une femme – face à l’éducation de cet enfant, n’aura d’autre recours que le secret de l’exemple personnel pour tenter de sauver son éducation.

erma foddrell enola attig america heppel ronny loftis herschel zvorsky rolland vizzi maria allmon latarsha kwan franchesca krompel eldridge denkins merrill panagiotopoul illa ontiveros oren felleman ronnie vollman rich right renato shor leisha dobes harlan meinhardt faviola jarnagin jeromy fesmire mai mcanally eladia werbelow toby delange daniele grimshaw shelby bolding ken englander emil kitcher curtis benthin kandy lux enda haddick galen peerbolt ronnie vollman lane neymeyer hope artice winter samiento louis yanofsky alleen suttin emelia purkett toney macanas billye mckain oswaldo strop dahlia schwing jeromy bohlander alena bellion gerry rosati ivy palmiero dollie kandt chris abril casie almsteadt joni brower willard legato margot balliet alphonse bonadona denny lynds wilton monico leoma torrie emerita tydeman yael aspinall rena bryton willis skar jenise kinnare geraldo tunson emerita tydeman claud santillana kiana henkin man rittichier enedina renzulli rubin ricciardelli latoya sardin reginald kipple marta mungle ethan kelton jeromy fesmire shirleen ando ashleigh ducos eladia werbelow elidia vele cleo kraack terrance coppess enda haddick alonso cherep rod oyston hipolito kantola mario pfeifer lynetta campoy riley strano demetria lockmiller annamarie schupp valeria rannels rachelle overmann lavonne trinca nelia retherford raymon loeber danyel wilhelmsen audrea meach rod oyston alvaro pry nicholas okuley zoraida pilant seth berkovich rachell hundertmark edwardo saile antwan kaul reed dwight dorian bogenschutz edgardo spahr adalberto perigo ruthie cartmill connie lorch terry bagnaschi wilford weaving robin diop marylee mccain rupert apodace felton smucker maynard glascoe nathaniel pebworth lyman virostko reba nakajima christian rizzuti annamarie demby alesha egel armand whitbread derrick kimler elisha suns rubin ricciardelli bruno talvy leandro thackrey louetta churchfield beatris kotow warren siford dorris borries lindsay raz augustus eagon randolph shoemaker jarred easley kenna verhulst emelia purkett sally lanese sharyn toppings johnson fuhrmeister colin benchoff von crossen florentino brombach vanetta uribazo nydia sesso lou mountcastle janett lew ora zwick tuan mitten lavelle lowek rachell hundertmark mary hembrey marta mungle rogelio able branden albiston stefan fini carie sermania chung kibbey teddy begun curtis benthin miquel makofsky luther manis branden albiston cedrick kimmons chauncey deldeo eric schnepf collin willmann liana millstead gordon kirschenmann guadalupe keeton deadra yasin lester granstrom venetta stenehjem alaina domer veda yuenger danielle mattews reed dwight edyth delucia aimee harmon autumn yucha lynwood argenti damion esnard jannette carretino collin willmann stefan fini stacy reicks annamarie schupp rosendo aures aletha asrari kristel haake rachelle overmann kirk labuda jude allegrini erin champine tim hiltunen henry pourner geraldo tunson mickie wallin cierra callado elisha suns kermit ehrismann levi faiola callie oba ruthe williby jose kopera adriene bugler trent tomshack ophelia stamer myrle coull dorie keene jonie hayenga shena mudie aldo otis cedrick kimmons pedro corbridge perry stjulian raymond korando bryant pettitt laura duba sammy minter franchesca krompel waldo jeancharles chaya molinar leonard abud fredric metsker isidra newhouse joanna kahley tonette stachowski fredric metsker elidia vele miguel gandrud marilyn gomoran terrell kulick teena doyscher malcom rishty karina schoenstein nadia leilich herschel zvorsky elton ladewig francoise corbell sang lattimer lionel rizer jade bowlds eric schnepf hugh dupre xavier lobalbo oma mchaney tiffaney mcenaney patty strub frederick marsala claud santillana paul jakupcak mariette defoore shannon dibernardo milford lightning rolland vizzi corie dechico tiffany teitsort jolie taverna shanice traugh neil vandawalker eldon spiewak armand tillema felton smucker odelia mcarthun sammy minter guillermo lemelin waldo jeancharles reggie capell andrew gorans jude allegrini valeria rannels valentin lewerke lane neymeyer horacio grueser lloyd heider kayleigh laurie earl ghianni joie schimpf waylon fecher joshua santiago josue yonkers boyd keeling roseanna jeans loraine liem theola nucci armand tillema zola westin nathaniel pebworth erich jarret hunter steinhardt marcelle darga perry stjulian lawana altes nestor insley leslie brossman margarett hlavaty julie hoelscher sharron lingafelter candyce scroggy carmina wickizer jeremiah hixon kimberli sens alfred droggitis leoma torrie harlan kinningham emmanuel pailet neil colosimo phillip griffiths lavern heitmeyer jonah fernatt ann panchal gerald rende lindsay manino isaias hazer luther behn kerry comment refugio manthei gene kallas janina tower helaine gangemi marcelino sebron lona tupaj misty mckellip xavier lobalbo terrance cogswell mercedez pirillo myles buckhanan milan henke teddy begun sirena gertelman emmanuel pailet hipolito difebbo staci bieber jonathan giaquinta lesley hansing don staggers patrice gunawan steve eriquez jarred easley shanita almestica belen leverone jonah fernatt janett lew eilene oconner mario pfeifer vanetta uribazo randal bonifay teisha breutzmann josefine holness hipolito difebbo james haik leonora koloc luci wosher diedre manin lauren thompon mickie wallin robt hrdlicka jeromy rabil joannie schoene shakita parral babara rybarczyk myrta martinez rosa delavega nicolle pedrotti lenny winks sunny girdner tim hiltunen dara philben kayleigh laurie gabriele joler cherilyn dudash shera haselhuhn armida keetan necole fuell mable bouchillon harris eperson mauricio entrup willian maisch tuan mitten donovan super sammy minter leroy hochstine jarvis housden caron town dorris borries eliza kleck gene hamiter leonard abud gonzalo havermale niki leiba stefan fini lonna tupacyupanqui denny lynds armand nemitz percy merkle milford juanico ramiro broerman marylee mccain gerry rosati jayson rutgers don staggers galen peerbolt jenifer hopkinson danyel pitarresi royce wardrip carletta linkous carmina wickizer thurman drabek miles stirk bruno talvy annamaria ludovici harlan kinningham nelia retherford steve eriquez kandy lux columbus wirkkala ruthie cartmill cody mintzer hyon prattis sueann burmside jamal barros debra corwell monte stroder jeromy bohlander lewis choates kris hoevel frankie burgun helaine gangemi chris abril herman dumoulin phillip mcclerkin lavelle lowek millard mavis willette mcmillian doreen hedglin alden brookfield edyth delucia kris hoevel tim hiltunen josefine holness julie hoelscher jose kopera thad setera lou mountcastle naomi moochler charlie kinzle lavonne trinca gil malette leonora nabavian chris abril louetta churchfield tim hiltunen gene hamiter mason rabold marc martin jodee troiani concetta annon leroy pahler elba depolo dominick percival milan henke eusebio tyeryar jenifer hopkinson earl ghianni georgeann reams coy larry debrah fatzinger christia parillo shannon dibernardo allen cove annamarie schupp kristopher voltz jaqueline antuna anamaria brizeno jamey headings sharron stage shayne dalzen nicolle pedrotti domingo bjerken chanell bongiovanni jade bowlds corliss naveja leonora nabavian alena bellion brittani schellman dorris borries robt hrdlicka patrice gunawan beatris kotow lane neymeyer maribeth bodden mercedez pirillo maryjane iarussi mitchell valderas nakisha romay sherie garafola tova kussman miquel makofsky kelly huntress bao hagadorn edyth delucia luther fessler ruthanne sabatino alesha gebbia karina schoenstein gustavo bennefield nery cuba marcos shipmen mignon plants jolie taverna danyel pitarresi sharron stage carlos neider hayley studier rosaline biard lenny winks cleo kraack sheila styer love hollenbaugh johnathon hampton kermit ehrismann yolanda depaolo stefan fini kayleigh laurie amparo stinespring ina howlett candyce scroggy ariana lowell lakesha chiesa luz lafata mason rabold columbus wirkkala hosea vaiko linwood spitznogle yun fryberger ramon mclead teddy begun sirena gertelman boris benscoter earnest garbarino rudolph aldrege pinkie rehnborg renato shor jenniffer rechkemmer kizzy swansen dwain owston sharilyn corry leah aulder shanice traugh jonathon stahley kay carbonell charmaine juell deidra masaitis chung kibbey elba depolo ariana lowell inocencia roenigk margareta sitaca terence sladick venita shute audrey carroway lucio dayhoff sommer ditchfield yun fryberger sheila styer jordan sallaz warren siford joseph nicolaus graham kemps sharyn toppings aurelio kammler stacy reicks ta feimster felton smucker anna kloberdanz jolene lauenroth francesca boeckx donnie moonsommy robin hazarika rolf macadangdang florentino hanzlik pinkie rehnborg ronald facundo kayleigh laurie davis pillion carletta linkous neil vandawalker tonette stachowski bo gulley boyd keeling leandra gore terrance coppess marcos shipmen joie schimpf lavern heitmeyer helaine gangemi eartha andruzzi luciano kuc venita shute jade bowlds carmina wickizer denny lynds eusebio tyeryar kermit ehrismann mathilda snetsinger sherie garafola corliss naveja merrill panagiotopoul alvaro shiiba sang lattimer moises rausin winter samiento dollie kandt vanetta uribazo jody myrie oma mchaney bernetta ruff tim hiltunen trevor beilman lloyd rigaud leroy pahler carmina wickizer ty villaluz betsy abrams alvaro pry roxanne wolkowiecki gerry rosati hai keiss krystin kaboos orlando schwartzbach carrie unverzagt debra corwell nestor vinas jolie taverna von crossen brooks rappl viviana burridge kasi sarwinski arlen duff jannette carretino roseanna jeans tamera elza