15 Sivan 5779‎ | 18 juin 2019

Pourquoi ce Lag Baomer 5777 va être différent

Ultra Orthodox Jews gather around the bonfire during celebrations of the Jewish holiday of Lag Baomer in Beit Shemesh on May 25, 2016. Lag Baomer commemorates the death of Rabbi Shimon Bar Yochai, one of the most important sages in Jewish history 1800 years ago. The most well-known custom of Lag BaOmer is the lighting of bonfires throughout Israel and in Jewish communities worldwide. Photo by Yaakov Lederman/Flash90

Cette  année,  la  fête  de  Lag  Baomer  (33e jour  du  compte  de  l’Omer) qui   célèbre   la   hilloula   de   Rabbi   Chimon   Bar   Yo’haï,   tombe   le dimanche 14 mai, c’est-à-dire dès la sortie du Chabbat qui le précède. Cette  fête  est  connue  pour  être  massivement  et  diversement  suivie par la population israélienne. S’appuyant sur l’expérience des années précédentes,  les  responsables  religieux  ont  anticipé  que  nombre  de jeunes  gens  s’emploieraient  plusieurs  heures  avant  le  jour  dit  à rassembler des bûchers et à organiser de grands feux en l’honneur de Rabbi Chimon Bar Yo’haï. Soucieux d’éviter à tous une profanation du Chabbat,  le  Grand-rabbinat  a  demandé  au  ministère  de  l’Education nationale de déplacer de 24 heures les vacances liées à cette journée de  telle  sorte  que  les  feux  de  joie  soient  allumés  dimanche  soir  sans le  moindre  risque  de  profanation  du  chabbat.  Le  ministre  Naftali Benett  a  accédé  à  la  demande  du  grand  rabbinat  et  a  annoncé  le report des vacances scolaires de 24 heures. Mais les organisations de parents d’élèves ont à leur tour protesté affirmant que cette décision allait créer,  de  facto, un « pont »  de  deux  jours,  depuis  la  sortie  du Chabbat  Emor  (13 mai  au  soir)  jusqu’au  16 mai  au  matin : « Nous travaillons  pendant  ces  jours-là.  Qui va  s’occuper de nos  enfants ? », ont-ils  affirmé  avant  de  rappelerqu’il  y  a  trois  ans,  alors  que  Lag BaOmer  tombait  également  un  dimanche,  le  ministre  de  l’Education de l’époque Shay Piron avait refusé de la déclarer fériée, et lycéens et étudiants  avaient  été  invités à  attendre  le  dimanche soir –  et  non  le samedi  soir –  pour  allumer  les  feux.  Face  aux  protestations  des parents, le grand rabbin d’Israël rav David Lau a décidé de monter au créneau  et  a  fait  une  proposition  de  compromis  inattendue :  que l’allumage des feux de joie de Lag BaOmer se fasse dans la soirée du jeudi précédant la fête.

Bientôt un train ?

De leur côté, les députés religieux Israël Eichler (UJT) et Its’hak Cohen (Shas), qui chapeautent l’organisation des festivités de Lag BaOmer à Meron  ont  rencontré  les  autorités  pour  trouver  une  solution  aux problèmes  d’accès  et  de  parking.  Le  ministère  des  Finances  a  débloqué 14 millions  de  shekels  dans  ce  but.  Quant  au  ministre  des Transports Israël Katz, il a annoncé qu’un projet de voie ferrée reliant la   station   de   Karmiel   (en   cours   d’achèvement)   et   Meron   est actuellement à l’étude. Désenclavant le nord du pays, elle permettra de mieux acheminer les centaines de milliers de pèlerins qui, à toute époque de l’année, affluent vers ce paisible village de Haute Galilée. Reste  à  la  construire  à  flanc  de  montagne.  En  attendant,  certains rabbins rappellent qu’au soir de Lag BaOmer − comme en tout autre jour −  pour  se  lier  à  la  sainteté  de  Rabbi  Chimon  Bar  Yo’haï,  il  n’est pas nécessaire de se rendre à Méron, de souffrir des embouteillages et  de  la  terrible  affluence :  il  suffit  d’étudier  une  page  du  Zohar…

DAVID JORTNER