16 Kislev 5780‎ | 14 décembre 2019

Tel-Aviv : 6e édition de la Semaine du Diamant

An Orthodox Jewish man walks by the Israel Diamond Exchange center, in the central Israeli city of Ramat Gan, June 23, 2015. Photo by Miriam Alster/Flash90

Du 13 au 16 février, la semaine internationale du Diamant – dont c’était la 6e édition – a réuni à Tel-Aviv experts et grands joailliers du monde entier. L’occasion de rappeler l’histoire passionnante de cette industrie, son âge d’or et son déclin.
Dans la tour du Diamant de Ramat Gan, armés de loupes et sous intense protection policière, 400 acheteurs, représentant plusieurs douzaines de compagnies en provenance de 30 pays du monde, ont examiné des milliers de pierres brutes ou taillées. Toutes les grandes enseignes du marché du diamant étaient présentes : le groupe anglo-américain De Beers, le Canadien Dominion Diamond, le Sud-Africain Petra, et le groupe australien Rio Tinto. Venu tout spécialement de Russie, Andreï Zharkov, président de la compagnie minière Alrosa, a particulièrement retenu l’attention : il est venu avec une réplique de la couronne impériale des tsars. Ornée de 4 800 diamants, d’un poids total de 1 000 carats, celle-ci est évaluée à 20millions de dollars. Des ventes aux enchères proposaient des lots de diamants bruts de 11 à 199 carats, d’autres blancs ou colorés et polis d’un poids de 10 à 80carats. Nombre de participants originaires d’Extrême-Orient, dont c’était la première visite en Israël, profitèrent d’une visite guidée de Jérusalem. Pour Yoram Dvash, organisateur de cette manifestation, le but de la Semaine du diamant est à la fois de conforter la position d’Israël comme l’un des centres du marché international du diamant et d’éviter aux sociétés israéliennes de devoir voyager à l’étranger pour s’approvisionner. Un protocole d’accord a été signé avec l’Association des joailliers de Hong-kong. Le Belge Jean-Marc Lieberherr, CEO de la DPA (Association des producteurs de diamants) a fait le point sur les évolutions du marché. La demande internationale est très sensible aux crises financières qui affectent le pouvoir d’achat. Pour l’heure, les principaux acheteurs de diamants se trouvent aux Etats-Unis et en Chine. Et en matière de goût, il apparaît ainsi que la tendance est à un renforcement de la demande de diamants bleus (dont le prix a augmenté de 5,5 %) et roses (+1,4 %)…DAVID JORTNER