18 Kislev 5780‎ | 16 décembre 2019

Qui est le rabbin Marvin Hier, qui a pris la parole lors de l’investiture de Trump?

Le rabbin Marvin Hier est né en 1939 à New York de parents polonais. Il a grandi dans le quartier juif historique du Lower East Side. Disciple de Rabbi Mendel Kravitz, il a officié dans la communauté Shaarei Tzedek de Vancouver (Canada), puis a créé en 1977 le fameux Centre Simon Wiesenthal de Los Angeles. Sous sa direction, l’institution est devenue peu à peu l’une des principales organisations juives américaines et mondiales en luttant inlassablement contre l’antisémitisme et la violation des droits de l’homme partout sur la planète. Le rabbin Hier a aussi produit des documentaires sur la vie dans le yiddishland d’Europe orientale avant la Shoah. Le rabbin Marvin Hier a prononcé une brève allocution, au nom de la communauté juive américaine, lors de l’investiture du nouveau président Donald Trump. Ce 20 janvier, il a eu le sentiment de vivre « un événement historique. C’est la première fois, a-t-il indiqué à la presse israélienne, qu’un rav orthodoxe est honoré en pareille occasion. Par le passé, d’autres rabbanim ont été sollicités mais ils n’étaient pas issus de cette mouvance (…) Ce choix a certainement une signification particulière pour la nation » a dit le rav très ému. Commentant le discours de Donald Trump, Marvin Hier a estimé qu’il contenait beaucoup de messages importants. « Il a affirmé qu’il mènerait une lutte sans merci contre le terrorisme, contrairement à son prédécesseur qui avait refusé de le dire à l’époque », a-t-il souligné. Il a aussi raconté qu’après son intervention, il s’est approché du nouveau président américain et ce dernier l’a remercié et félicité. Les anciens présidents Obama et Bush ont fait de même. « J’espère que par mes paroles, j’ai pu faire du Kidouch Hachem, et sanctifier le nom de D.ieu », a-t-il ajouté. Pendant son allocution, le rabbin Hier a notamment cité le psaume 137 : « Sur  les fleuves de Babylone… Nous avons pleuré quand nous nous sommes souvenus de Sion. Si je t’oublie Jérusalem, que ma main droite se dessèche ».  Axel Gantz