15 Adar II 5779‎ | 22 mars 2019

Une source de sagesse profonde et inépuisable nous a quittés

Rav Moché Chapira est né en 1935 à Péta’h Tikva au sein d’une illustre famille lituanienne. Il était le fils du rav Its’hak Méïr Chapira qui était le neveu du sabba de Kelm et l’élève du sabba de Slabodka. Enfant, Rav Moché Chapira étudia dans un Talmud-Torah local et à l’âge de 11 ans, il se rendit à la yéchivat Or Israël où il étudia auprès de rav Yossef Rozovsky et de rav Yaacov Neyman. Ses capacités hors-pair, sa motivation et ses vastes connaissances impressionnaient son entourage. Puis, il se dirigea vers la yéchiva de Poniovitz où il étudia avec le rav Éliyahou Éliézer Dessler qui lui dévoila des notions profondes : elles constitueront les fondements du courant de pensée quil retransmettra quelques décennies plus tard. Il poursuivit ensuite ses études à la yéchivat Hévron. Là aussi, il se fit remarquer tant pour son savoir, sa mémoire et son analyse que pour son comportement exemplaire empreint dune grande crainte du Ciel et reflétant son unique aspiration : l’accomplissement de la volonté divine à la perfection. Après son mariage avec la fille du rav Bialistotsky, roch yéchivat Ohel Torah, il étudia à la yéchivat Kamenitz puis à la yéchivat Mir où il se lia au roch yéchiva rav Éliézer Yéhouda Finkel.
Diffusion de la Torah à des milliers d’élèves
Rav Moché Chapira consacra la majeure partie de sa vie à diffuser la Torah avec un dévouement de soi inégalable. Cest à la yéchivat Tifrah qu’il commença à enseigner et à prendre à cœur l’évolution de chaque élève. Puis, il prit part à la création de la yéchivat Beth Hatalmoud située à Bayit Végan et y enseigna aux côtés du rav Itshak Hutner. Ils forgèrent, tous deux, une voie commune de pensée juive approfondie. En 1976, il fut sollicité pour fonder la yéchivat Beth Binyamin aux États-Unis (à Stamford Connecticut), dans une région déserte sur le plan spirituel. Deux ans plus tard, après avoir veillé au bon démarrage de la Yéchiva, il retourna en Israël. Là, il se mit à œuvrer sans relâche pour diffuser les multiples facettes de la Torah, avec une éloquence remarquable et une habilité à exposer des idées profondes à travers un discours particulièrement clair et captivant. Des milliers d’élèves assistaient à ses cours (il en dispensait une trentaine par semaine) et bon nombre dentre eux le considéraient comme leur maître par excellence.
Monde de la Téchouva – accélérateur de la délivrance finale
Durant ces dernières décennies, rav Moché Chapira s’investit corps et âme pour rapprocher ses frères à la Torah. Hardi, il fut l’un des premiers instigateurs des mouvements de Téchouva en Israël, notamment en participant à la création de la yéchiva Or Saméah destinée aux Baalé Téchouva. Sa caractéristique propre résidait dans le fait qu’il enseignait à des érudits et savait, tout autant, s’adresser à des Juifs égarés… ses paroles touchaient le cœur de chacun. S’appuyant sur des sources de nos Sages, il considérait que la soif d’apprendre et la volonté de se rapprocher du Créateur représentaient des signes de l’époque pré-messianique. Pour lui, sa mission consistait à répondre à ces âmes en quête de vérité et qu’ainsi, il hâterait la délivrance finale. Par conséquent, il n’épargna aucun effort pour se rendre de ville en ville afin de diffuser la grandeur de la Torah. Aussi, en 2000, il fonda le premier kollel soutenu par le « Fonds Wolfson » qui formait les étudiants à transmettre, par la suite, leurs acquis.
Actif en diaspora également
Parallèlement au travail intense que le rav Moché Chapira effectuait en Israël, il œuvra pour renforcer le judaïsme de la communauté russe. Il était très influent au sein de la yéchivat Torat ‘Haïm en Russie et y passait régulièrement la fête de Pessah’. Par ailleurs, son enseignement s’est répandu en France, directement ou indirectement, et plus particulièrement, par l’intermédiaire du grand rabbin Yossef Haïm Sitruk zatsal qui était l’un de ses fervents disciples.
Samedi soir, alors que l’on entrait dans le 10 Tévet, et après plusieurs années de souffrance et de maladie, le rav Moché Chapira zatsal a rendu son âme au Créateur. Plusieurs milliers de fidèles se sont rassemblés dans le quartier de Ramat Shlomo pour accompagner le rav vers sa dernière demeure au cimetière du mont des Oliviers. Rav Moché Chapira laisse sur terre une belle descendance et des milliers d’élèves et disciples qui suivent scrupuleusement sa voie et son enseignement. Yokhéved Levy